Soudan: le Premier ministre signe un accord séparé avec un groupe rebelle (officiel)

Par AFP

AFRICA RADIO

Le Premier ministre soudanais, Abdallah Hamdok, a signé à Addis Abeba un accord séparé avec un groupe rebelle ayant refusé de se joindre à l'accord de paix paraphé lundi par cinq autres mouvements armés, a indiqué vendredi l'agence officielle Suna.

Le document porte la signature de M. Hamdok et d'Abdelaziz al-Hilu, chef d'une branche du Mouvement populaire de libération du Soudan-Nord (SPLM-N), implanté au Kordofan-Sud et dans l'Etat du Nil Bleu.Selon les termes de l'accord, confirmé à l'AFP par le porte-parole du SPLM-N Jack Mahmoud, les deux parties actent la "cessation des hostilités", mais le mouvement rebelle peut rester armé jusqu'à ce que sa principale revendication, la séparation entre religion et Etat, soit inscrite dans la Constitution."Un Etat démocratique où les droits de tous les citoyens sont garantis doit être mis en place au Soudan, et pour cela la Constitution devra être basée sur le principe de la séparation de la religion et de l'Etat", précise le communiqué commun publié après deux jours de négociations.Sans cette séparation, "le droit à l'autodétermination" des Monts Nouba (au Kordofan-Sud, NDLR) et du Nil Bleu, où vivent de nombreuses minorités non-arabes, "sera respecté", ajoute le texte.Cet accord, signé tard jeudi, intervient quelques jours après que les autorités soudanaises de transition et des chefs du Front révolutionnaire de libération (FRS), rassemblant plusieurs groupes rebelles mais pas le SPLM-N, ont paraphé un accord de paix historique visant à mettre fin à près de deux décennies de conflit qui ont fait des centaines de milliers de morts, en particulier au Darfour (ouest).Selon les Nations unies, les conflits dans les Etats du Kordofan-Sud et du Nil Bleu ont affecté un million de personnes.La paix avec les mouvements rebelles est la priorité du gouvernement soudanais de transition, arrivé au pouvoir après la chute de l'autocrate Omar el-Béchir en avril 2019 après des mois de contestation populaire.