Soudan: manifestation à Khartoum pour la libération de détenus

Par La rédaction

Khartoum (AFP)

Des femmes et des enfants ont manifesté jeudi devant le QG de la Sécurité de l'Etat à Khartoum pour réclamer la libération de détenus arrêtés durant les protestations contre la hausse des prix des carburants, a rapporté un correspondant de l'AFP.

Les manifestants arboraient des photos des détenus, dont celle de Dalia El-Roubi, une militante du mouvement de contestation qui secoue le pays depuis le 30 septembre.

"Liberté pour ma mère", pouvait-on lire sur les pancartes portées par les enfants, en allusion à la militante, mère de trois enfants.

Le gouvernement a fait état de l'arrestation de 700 "criminels" depuis le début des protestations provoquées par la levée des subventions sur les carburants dans ce pays pauvre d'Afrique.

Mais selon Amnesty International, citant "des informations de journalistes, des membres de partis d'opposition, des militants et des membres de familles" le nombre des arrestations est "beaucoup plus important".

Mme Roubi, également une employée de la Banque mondiale au Soudan, a été arrêtée lundi par les forces de sécurité venus la chercher à son domicile où ils ont également saisi une caméra et un appareil photo numérique, selon son époux Abdelrahmane Elmahdi.

Jeudi, ce dernier a affirmé à l'AFP n'avoir toujours pas d'informations au sujet de son épouse ni de son lieu de détention.

Le gouvernement affirme que la police a dû intervenir la semaine dernière en raison de la violence des manifestations qui ont parfois dégénéré avec des attaques contre des stations-services et des locaux de la police.

Un bilan officiel a fait état de 34 morts lors du mouvement de contestation d'une ampleur inégalée depuis l'arrivée au pouvoir du président Omar el-Béchir en 1989.

Mais selon Amnesty international basée à Londres, les forces de l'ordre ont tué plus de 200 manifestants, dont plusieurs ont été touchés par balle à la tête et à la poitrine.

La France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis ont dénoncé une réaction excessive des autorités.

L'intensité des manifestations a baissé cette semaine avec des rassemblements ponctuels non violents.