Sud-Soudan: 97,5% de oui à l'indépendance dans la capitale Juba

Par La rédaction

JUBA (Soudan) (AFP)

La population de la capitale sudiste Juba a voté à 97,5% en faveur de la sécession du Sud-Soudan, selon des résultats préliminaires du référendum sur l'indépendence de la région qui indiquent une avance écrasante de cette option.

"Dans le comté de Juba, l'indépendance a reçu 211.018 votes, et l'unité 3.650", a déclaré le président de l'antenne locale de la commission référendaire, Timon Wani, sous les applaudissements.

Les responsables des dix Etats du Sud-Soudan colligeaient mercredi les résultats des différents comtés locaux pour ce référendum qui mènera à la partition du Soudan, plus vaste pays d'Afrique divisé entre le Nord, musulman et en grande partie arabe, et le Sud, afro-chrétien.

Des résultats préliminaires colligés par l'AFP créditent l'indépendance de près de 99% des voix.

Dans l'Etat du Bahr al-Ghazal Occidental, 153.839 électeurs sur 162.594 (94,6%) inscrits ont choisi la sécession, et dans l'Etat de Lakes, siège de l'ancienne capitale sudiste Rumbek pendant la guerre civile, 298.216 votants sur 298.443 (99,9%) ont fait de même, selon des résultats préliminaires obtenus par l'AFP auprès des commissions référendaires locales.

Dans l'Etat pétrolier d'Unité, plus de 471.000 personnes sur 472.000 votes comptés ont préféré la sécession, alors que dans l'Etat voisin du Bahr al-Ghazal Nord, 264.473 sur 265.450 (99,6%) ont opté pour l'indépendance, selon des résultats préliminaires partiels obtenus auprès des commissions locales.

Ces résultats partiels combinés créditent l'indépendance de près de 99% des voix.

Les sondages indiquent une victoire de l'option sécessionniste au référendum du Sud-Soudan, mais il est encore trop tôt pour claironner la victoire, avait affirmé un ministre sudiste alors que la commission référendaire poursuit le décompte des voix.

Près de quatre millions d'électeurs s'étaient inscrits pour ce scrutin historique, dont environ 3,8 millions au Sud-Soudan, selon les chiffres de la commission.Les Sud-Soudanais vivant au Sud, mais aussi dans le nord du pays et à l'étranger, avaient le droit de participer à ce scrutin.