Sud-Soudan: douze morts, dont dix soldats, dans une attaque

2 décembre 2010 à 15h48 par La rédaction

JUBA (Soudan) (AFP)

Des hommes armés ont tué douze personnes, dont dix soldats, lors d'une embuscade contre un véhicule militaire dans l'Etat sudiste pétrolier d'Unité, a indiqué jeudi un responsable de l'armée du Sud-Soudan.

"Les assaillants ont mené mercredi matin une embuscade à environ 25 kilomètres au nord-ouest de Bentiu, la capitale de l'Etat d'Unité", a dit à l'AFP, Philip Aguer, porte-parole de l'Armée populaire de libération du Soudan (SPLA), ex-rebelles sudistes de l'armée du Sud-Soudan.

"Dix de nos soldats et deux civils sont morts lors de cette attaque planifiée", a ajouté le responsable militaire, qui a dit soupçonner des hommes armés servant de supplétifs à l'armée nordiste d'être à l'origine de ces violences.

"Nous soupçonnons une milice à la solde de l'armée soudanaise (nordiste, ndlr) d'être à l'origine de cette attaque.Nous ne prendrons aucune mesure en représailles, mais allons surveiller de près le secteur à la frontière", a souligné le responsable.

L'Etat d'Unité, l'une des principales régions pétrolières du Sud-Soudan, est situé à la lisière du Nord-Soudan.La frontière entre le Nord et le Sud du plus grand vaste d'Afrique n'est pas encore délimitée précisément ce qui est parfois la cause d'incidents entre armées du nord et du sud.

L'armée sudiste avait accusé la semaine dernière l'armée nordiste d'avoir mené un bombardement de ses positions dans l'Etat sudiste du Bahr al-Ghazal, ce que l'armée soudanaise avait nié catégoriquement.

Ces allégations avaient attiser encore les tensions entre les deux armées à l'approche du référendum d'indépendance du Sud-Soudan de janvier au cours duquel les Sud-Soudanais doivent choisir entre le maintien de l'unité avec le reste du pays ou la sécession.

Cette consultation est le point-clé de l'accord de paix global ayant mis fin en 2005 à plus de deux décennies de guerre civile entre le Nord, musulman, et le Sud, en grande partie chrétien, du Soudan, un conflit à l'origine de deux millions de morts alimentés par des différends politiques, économiques, religieux et ethniques.