Tchad: élections législatives repoussées d'une semaine au 13 février

Par La rédaction

N'DJAMENA (AFP)

Les élections législatives prévues le 6 février ont été reportées d'une semaine au 13 février, la présidentielle restant fixée au 3 avril, a annoncé jeudi la Commission électorale nationale indépendante (Ceni).

"Le scrutin législatif est fixé au 13 février 2011 au lieu du 6 février comme initialement prévu.Par conséquent, la campagne électorale pour les élections, prévue pour démarrer le 16 janvier, se déroulera du 23 janvier au 11 février", affirme le communiqué signé du communiqué de la Ceni Yaya Mahamat Liguita.

"Le reste du chronogramme (calendrier) pour les élections présidentielle et locales (26 juin) demeure inchangé", conclut le communiqué.

La Céni et le Comité de suivi de l'accord politique du 13 Août 2007 (signé par le pouvoir et l'opposition en vue de la démocratisation du régime) pour la démocratisation du régime) ont pris cette décision jeudi à l'issue d'une réunion conjointe, a appris l'AFP auprès de Saleh Kebzaboh, membre du comité de suivie et porte-parole adjoint de la Coordination des partis politiques pour la défense de la Constitution (CPDC), principale coalition de l'opposition.

"Le retard pris dans le calendrier notamment avec l'affichage des listes des candidats et le problème lié au remplacement du président de la Céni sont à l'origine de ce décalage" a-t-il précisé.

L'opposition a demandé et obtenu début janvier le remplacement du président de la Céni, le président de la Croix Rouge au Tchad Yaya Mahamat Liguita succédant à Ngarmajiel Gami, accusé de "parjure, de faux, d'usage de faux et de faux en écriture publique" par l'opposition.

La CPDC affirmait que M. Gami avait "frauduleusement remplacé huit candidats de différentes circonscriptions électorales à la demande expresse d'un parti politique dont la demande avait été rejetée" dans la "liste provisoire des candidatures" validée en séance plénière.

Depuis l'arrivée au pouvoir d'Idriss Deby Itno en 1990 au terme d'un coup d'Etat, les scrutins tchadiens ont été systématiquement contestés par l'opposition et la société civile.

M. Deby a signé en août 2007 avec ses opposants, à l'exception des rebelles armés, un accord politique censé favoriser la démocratisation du régime.