Tchad: l'épouse d'un député arrêté pour mariage d'une mineure affirme avoir "19 ans"

Par AFP

AFRICA RADIO

"Je suis âgée de 19 ans" a déclaré jeudi la jeune Zouhoura Mahamat Tahir, épouse d'un député en garde à vue depuis lundi car accusé de s'être marié avec une mineure, un acte interdit depuis 2015 au Tchad.

"Je ne suis pas mineure", a affirmé la jeune fille qui participait à une conférence de presse des avocats de son époux à N'Djamena.Elle a affirmé qu'elle n'avait pas été forcée à se marier mais n'a pas répondu lorsqu'il lui a été demandé si elle "aimait" son mari.Mme Mahamat Tahir est "née le 26 avril 1999 comme l'atteste l'acte de naissance délivré par l'autorité compétente dont la copie nous a été transmise par le père de la fille", a souligné Me François Torde Djimadoum, avocat du député du nord Kanem (ouest), Azzai Mahamat Hassane, accusé d'avoir épousé une mineure.La jeune épouse est "âgée de 14 ans", avait indiqué mardi devant la presse Gérard Nedeou, premier substitut du procureur de la république au tribunal de grande instance de N'Djamena. D'autres sources judiciaires ont confié à l'AFP qu'un bulletin de scolarité mentionne que la jeune fille a 17 ans.En garde à vue à la police judiciaire, le député "devrait être déferré aujourd'hui (jeudi) devant le parquet", selon son avocat. Le père de la jeune fille a lui aussi été entendu, a-t-il ajouté.Toutes les personnes ayant participé à cette infraction "répondront de leur acte", avait déclaré mardi M. Nedeou.Zouhoura Mahamat Tahir s'était rendue début novembre à l'hôpital suite à sa nuit de noce.Les réseaux sociaux avaient ensuite relayé cette information, accusant également le mari d'avoir épousé une mineure.Le député a été pris en "flagrance", raison pour laquelle l'immunité parlementaire ne pourrait pas être invoquée, avait-il ajouté.Le collectif des avocats du député avait également dénoncé mardi les circonstances dans lesquelles celui-ci a été arrêté, "qui violent allègrement les règles élémentaires en matière de libertés individuelles".Au Tchad, 68% des femmes sont mariées avant leur majorité, et les femmes font l'objet de nombreuses violences, dont des mariages par rapt dans certaines communautés, selon l'Unicef.En 2016, le témoignage de la jeune Tchadienne Zouhoura, victime d'un viol collectif commis par des fils de dignitaires de l'armée et de l'actuel président de la commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki, avait jeté des milliers de manifestants dans les rues.