Tchad: le parti d'un des principaux opposants autorisé

Par AFP

AFRICA RADIO

Le parti de l'un des principaux opposants à l'ancien président tchadien Idriss Déby Itno mort en avril a été autorisé par les nouvelles autorités dirigées par Mahamat Idriss Déby, a annoncé mardi la formation politique à l'AFP.

Le mouvement Les Transformateurs, fondé en 2018 par le jeune Succès Masra, n'avait jusqu'ici pas obtenu des autorités sa transformation en parti, au motif notamment que certains membres du bureau politique, trop jeunes, n'avaient pas l'âge requis."Le bon sens est en train de revenir au sein d'une partie de l'administration", a déclaré à l'AFP M. Masra. "Nous n'aurions jamais dû faire l'objet de ce traitement arbitraire, mais mieux vaut tard que jamais, nous avons rempli toutes les conditions", a-t-il poursuivi.M. Masra s'était porté candidat à l'élection présidentielle d'avril, mais sa candidature avait été invalidée au motif qu'à 38 ans, il n'avait pas l'âge minimal de 40 ans requis.Succès Masra, farouche opposant au maréchal-président Déby, à la tête du Tchad pendant 30 ans, a appelé à manifester contre le Conseil militaire de transition (CMT), dirigé par Mahamat Idriss Déby qui a succédé à son père tué par des rebelles mi-avril."Nous sommes en faveur d'une transition civilo-militaire", a déclaré à l'AFP M. Masra.Wakit Tamma, un collectif de partis d'opposition et d'associations de la société civile, dont est membre Les Transformateurs, s'est déclaré mardi prêt à un "dialogue qui soit ouvert à toutes les composantes tchadiennes", comme l'a promis la junte. Mais il exige au préalable un certains nombres de conditions notamment la libération de tous les manifestants arrêtés.L'organisation, qui dénonce un "coup d'Etat institutionnel" et une "transmission dynastique du pouvoir", a également exigé "la mutation du CMT en un conseil républicain de transition avec une composante civile et militaire". "Nous pensons que la meilleure configuration pour notre pays c'est un exécutif avec un président civil, un vice-président chargé de la sécurité (qui peut être le président actuel du CMT) et un Premier ministre consensuel", a estimé Wakit Tamma dans un communiqué.Wakit Tamma appelle de ses voeux l'organisation d'un dialogue national inclusif "pour permettre de créer les conditions des élections libres pour tous".Dès l'annonce de la mort du président Déby, la junte avait déclaré vouloir organiser des élections "libres et démocratiques" dans un délai de 18 mois, renouvelable une fois. L'Union africaine a exigé une transition politique d'ici 18 mois."Wakit Tamma veut prendre activement part à la construction d'un Tchad de demain. Nous ne suspendons pas les marches tant que nos exigences ne seront pas prises en compte" a déclaré lors d'une conférence de presse Me Loalngar, coordinateur de Wakit Tamma, ajoutant que "pour nous, le conseil militaire de transition est bel et bien illégal".