Tchad: "violents" combats dans une zone aurifère du Tibesti

Par AFP

AFRICA RADIO

Des combats "violents" opposent depuis lundi l'armée tchadienne à un "comité d'auto-défense" d'habitants du massif du Tibesti (nord), en proie à des affrontements de plus en plus fréquents depuis fin août, a appris mardi l'AFP de sources concordantes.

L'armée tchadienne a bombardé lundi et mardi la zone aurifère de Miski (nord), selon une source militaire tchadienne.Des combats y opposent les militaires à un "comité d'auto-défense" créé début novembre par des habitants de la région excédés par "les exactions" de l'armée.Aucun bilan n'a été communiqué de source officielle, mais les deux camps compteraient plusieurs morts.Deux hélicoptères de combat et deux avions Sukhoi ont été déployés dans la zone, indique-t-on de source militaire. Les affrontements se déroulent à l'intérieur et à l'entrée de Miski, selon le porte-parole du comité, Mouli Sougui, ex-sous-préfet de Yebbi-Bou.Samedi, Miski avait également été sous le feu de combats meurtriers entre des militaires et des autochtones.Le "comité d'auto-défense", créé début novembre dans la circonscription de Yebbi-Bou, proteste contre "l'opération punitive" de l'armée tchadienne dans la zone de Miksi et veut y "défaire" l'armée, selon M. Sougui.Le comité "n'exclut pas la possibilité" d'une alliance avec des rebelles tchadiens basés en Libye, qui ont progressé dans le nord du Tchad depuis août, selon M. Sougui.Ni le gouvernement ni l'armée ne se sont exprimés officiellement au sujet de ces affrontements dans le Tibesti, mais le président Idriss Déby Itno a annulé un voyage à Palerme en Italie pour rentrer lundi soir à N'Djamena.Son fils, le général Mahamat Kaka, chef de la Direction générale des services de sécurité des institutions de l'État (DGSSIE), commande les opérations dans le nord tchadien.Depuis fin août, l'armée tchadienne a mené plusieurs offensives proche de la frontière libyenne, dans le Tibesti, pour "nettoyer" la zone des orpailleurs illégaux, et lutter contre les incursions de groupes rebelles tchadiens basés en Libye.La zones aurifères de Miski est au coeur des affrontements depuis fin août. De nombreux habitants de la zone protestent contre la récupération de l'exploitation aurifère par la famille du président Déby, et contre le nouveau découpage administratif qui rattache la localité à la région de Borkou.