Togo: début des audiences de la Commission vérité et réconcliation mercredi

Par La rédaction

LOME (AFP) - (AFP)

Le Commission vérité justice et réconciliation, (CVJR), chargée de faire la lumière sur les violences politiques au Togo entre 1958 et 2005, va entamer mercredi à Lomé ses audiences, a annoncé mardi son président.

"Après les dépositions et les investigations, les audiences vont démarrer mardi à Lomé.Elles seront publiques, privées et à huis clos", a déclaré Mgr Nicodème Barrigah à la télévision nationale lors d'une cérémonie officielle de lancement de ces audiences.

"Nous allons donner la parole aux victimes, témoins et auteurs présumés qui seront tous présents à ces audiences par consentement.Le moment est donc venu de nous regarder en face en tant que Togolais pour assumer notre passé douloureux et tourner la page, afin de cheminer ensemble vers un avenir commun et apaisé", a souligné le prélat.

Prévues pour durer deux mois, ces audiences doivent se dérouler dans les grandes villes du pays.Au total 20.011 dépositions ont été enregistrées par la CVJR.

Composée de onze religieux, chefs traditionnels et professeurs d'université, la commission a été mise en place en 2008, conformément à un accord signé en août 2006 par les acteurs politiques togolais.

Elle a pour mission de faire la lumière sur les actes de violences à caractère politique commis entre 1958 et 2005 et d'étudier les modalités d'apaisement des victimes.

Le Togo a été dirigé d'une main de fer par le général Gnassingbé Eyadéma pendant 38 ans, jusqu'à son décès en février 2005.

Des violences avaient éclaté lors de la présidentielle d'avril 2005, remportée par son fils, l'actuel président Faure Gnassingbé.Des manifestations avaient été durement réprimées.

Le gouvernement n'a jamais donné de bilan officiel, mais les estimations varient de 105 morts, selon une association proche du pouvoir, à 811 morts selon l'opposition.L'ONU a estimé qu'il y avait eu "entre 400 et 500 morts".