Togo: l'opposition dénonce une "mascarade électorale"

Par La rédaction

Lomé (AFP)

La principale coalition d'opposition au Togo a qualifié lundi de "mascarade électorale" les résultats provisoires des élections législatives de jeudi donnant une majorité absolue au parti du président Faure Gnassingbé.

"C'est une mascarade électorale sur fond de corruption massive et de fraudes électorales avérées", a déclaré à l'AFP Agbéyomé Kodjo, ancien Premier ministre et l'un des responsables du collectif "Sauvons le Togo" (CST).

Selon les premiers résultats publiés dimanche soir par la Commission électorale, le parti au pouvoir, l'Union pour la République (Unir), a obtenu 62 des 91 sièges au parlement.

La coalition du CST a remporté 19 sièges.La Coalition "Arc-en-ciel", un autre regroupement de partis d'opposition, a obtenu 6 sièges et l'Union des forces de changement (UFC) de Gilchrist Olympio, 3 sièges.Sursaut national, une liste indépendante, a obtenu un siège.

"C'est assez paradoxal que le pouvoir estime avoir 62 sièges, alors que le peuple dans sa large majorité est dans la tristesse et avec une révolte contenue", a commenté M. Kodjo.

Dès vendredi, au lendemain du scrutin, le CST avait déjà dénoncé des irrégularités dans les opérations de vote.Les observateurs de l'Union africaine et de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) ont estimé pour leur part que les élections s'étaient déroulées dans des conditions acceptables.

Les résultats publiés par la Commission électorale (Céni) doivent encore être vérifiés par la Cour constitutionnelle qui proclamera les résultats définitifs.

Selon la présidente de la Céni, Angèle Dola Aguigah, la Commission électorale a "en général réussi" à organiser "un processus électoral transparent et crédible dans un climat apaisé".

"Nous ne voulons pas nous lancer dans une polémique.Si l'opposition a des éléments précis, qu'elle utilise les voies de recours légales", a déclaré à l'AFP le ministre de l'Administration territoriale, Gilbert Bawara.

L'Unir, le parti du président Gnassingbé -anciennement Rassemblement du peuple togolais (RPT)- avait obtenu 50 sièges sur 81 lors des législatives de 2007.Ce parti est particulièrement influent dans le nord du pays, son bastion historique.