Tunisie: enquêtes ouvertes après des exactions policières présumées

Par AFP

AFRICA RADIO

Des enquêtes ont été ouvertes en Tunisie après la mort d'un jeune homme sortant d'un commissariat et la diffusion d'une vidéo montrant un mineur nu frappé par la police dans le même quartier populaire de Tunis, relançant le débat sur les exactions policières.

Des troubles ont éclaté au cours des deux dernières nuits à Sidi Hassine, dans la banlieue de Tunis, en réaction au décès d'un jeune du quartier, peu après son interpellation mardi.Le porte-parole du ministère de l'Intérieur Khaled Hayouni a démenti qu'il soit mort de mauvais traitements durant son arrestation. Selon les policiers, le jeune homme s'était enfui du commissariat et a été retrouvé blessé dans un hôpital de Tunis, a-t-il indiqué.D'après les médias, une enquête a été ouverte pour faire la lumière sur les circonstances de son décès.Jeudi, de nombreux internautes tunisiens partageaient aussi leur indignation face à une vidéo devenue virale montrant un autre jeune, entièrement nu, frappé à terre puis escorté par ce qui semble être des policiers en civil le long d'une rue passante avant d'être poussé dans une voiture de police.Il avait été arrêté mercredi au cours des funérailles du premier jeune homme, qui ont été suivies d'affrontements avec la police.Le ministère affirmé que le mineur, ivre, s'est déshabillé par provocation devant les policiers, lesquels l'ont arrêté pour "atteintes aux bonnes moeurs" et attentat à la pudeur. Une deuxième enquête a été ouverte pour déterminer les responsabilités de ces "abus liés à cette intervention", poursuit le ministère dans son communiqué.En Tunisie, plus de dix ans après la fin du régime policier de Zine el Abidine Ben Ali, les forces de sécurité ne jouissent plus d'un pouvoir discrétionnaire, mais n'ont été que peu réformées depuis. Leurs abus sont rarement l'objet de poursuites judiciaires.La Commission suprême des droits de l'Homme, instance constitutionnelle indépendante, a averti jeudi que de telles exactions risquaient de miner "la confiance dans l'Etat et ses institutions".Le Parlement a également réagi dans un communiqué, appelant les autorités à assurer "une protection physique et juridique" au jeune mineur dont l'interpellation a été filmée, et de mener une enquête sérieuse sur ces faits "odieux"."L'enquête devrait être d'autant plus prompte que la vidéo permet d'identifier les agresseurs et d'affirmer qu'il s'agit bien de mauvais traitements dénués de toute justification", a souligné l'antenne tunisienne de l'Organisation mondiale contre la Torture.