Tunisie: ICG appelle à réformer des mesures antiterroristes "contre-productives"

4 juin 2021 à 5h05 par AFP

AFRICA RADIO

Certaines mesures antiterroristes en Tunisie sont abusives et doivent être réformées au moment où le jihadisme "décline" dans le pays, estime le centre de réflexion International Crisis Group, avertissant du risque qu'elles nourrissent un regain de violences.

Dans son rapport "Déclin du jihadisme en Tunisie?", publié mardi, le chercheur Michael Ayari d'ICG souligne que "le pays n'est pas menacé par un mouvement jihadiste armé de masse".La Tunisie a connu après la révolution de 2011 l'essor d'une mouvance jihadiste, ayant culminé avec une série d'attentats meurtriers en 2015.Plusieurs milliers de Tunisiens ont combattu auprès de groupes jihadistes dont l'Etat islamique (EI) en Irak, Syrie ou Libye entre 2011 et 2016, et des Tunisiens ont commis quatre attentats en France et en Allemagne en 2016 et 2021.Mais depuis l'échec en 2016 d'une attaque de l'EI à la frontière libyenne la Libye, la situation s'est nettement améliorée, malgré des attentats ponctuels contre les forces de l'ordre.ICG, s'appuyant sur des sources sécuritaires, souligne que les deux principaux groupes jihadistes, Okba Ibn Nafaa, affilié à AQMI, et Jund el Khilafa, proche de l'EI, ont perdu deux tiers de leurs effectifs depuis 2016 et ne comptent plus qu'une soixantaine de membres.Environ 200 Tunisiens combattraient actuellement au Moyen Orient, et une centaine au Sahel, au sein de groupes jihadistes.Les mouvements salafistes-jihadistes ont perdu de leur influence dans la jeunesse, qui ne les considère plus comme un remède "anti-système", selon ICG.Mais les mesures répressives risquent de "renforcer la crise de confiance des citoyens envers les institutions", et d'alimenter une nouvelle flambée de violences jihadistes, avertit ICG.Les trois quarts des 2.200 personnes détenues pour "terrorisme" doivent "quitter les prisons tunisiennes au cours des trois années à venir", après avoir connu des conditions de détention "propices à la récidive".Le contrôle administratif imposé à plusieurs dizaines de milliers de Tunisiens hors de prison, peu encadré et très contraignant, réduit également les perspectives de réinsertion, et "pourrait conduire certains, qui estiment le subir injustement, à se rapprocher des groupes jihadistes".Estimant que le recul du jihadisme est davantage lié à sa déroute régionale qu'à la répression, ICG appelle Tunis à "atténuer la rigueur contre-productive des mesures sécuritaires et renforcer les mesures de prévention de la violence jihadiste."ICG suggère de réformer un arsenal judiciaire propice aux abus : réduire la garde à vue, améliorer le respect des droits dans les procès, accompagner les détenus vers une réinsertion, et réformer la loi sur l'état d'urgence.