Tunisie: les violences visent à empêcher les élections estime le Premier ministre

Par La rédaction

TUNIS (AFP) - (AFP)

Le Premier ministre tunisien, Béji Caïd Essebsi, a estimé lundi que les violences dans le pays visaient "à empêcher les élections" et a assuré que ces dernières auraient bien lieu le 23 octobre comme prévu, lors d'un discours à la Nation.

"Il y a des troubles pour empêcher la tenue des élections.Ces élections, elles auront lieu bon gré mal gré le 23 octobre comme prévu", a déclaré le Premier ministre.

"Le peuple tunisien a fait une révolution, et personne ne s'appropriera cette révolution", a-t-il asséné, alors que des incidents violents ont éclaté dans plusieurs villes du pays ces derniers jours, faisant un mort à Sidi Bouzid, la ville emblématique du soulèvement ayant abouti à la chute du régime de Ben Ali.

"Il y a des partis politiques et des mouvements marginaux qui ne sont pas prêts pour les élections, car ils sont sûrs de ne pas les remporter", a accusé M. Caïd Essebsi."Ca ne sert à rien d'évoquer leur nom", a-t-il dit."Il y a beaucoup de partis qui ont un double langage et nous les connaissons", a-t-il ajouté, en citant "certains mouvements extrémistes religieux.Ce ne sont pas les seuls".

 "Nous ne voulons pas d'extrémisme, ni de droite, ni de gauche", a-t-il martelé.

Il a évoqué implicitement une tentative de déstabilisation en relevant "une concomitance étrange" entre les troubles dans plusieurs villes du pays.

"Ceux qui ont volé des armes veulent renverser le régime", a-t-il dit.Des armes et munitions ont été dérobées lors de l'attaque d'un poste de police à Menzel Bourguiba (nord de Tunis) pendant le week-end.

"Tout parti doit se soucier de la stabilité et de l'intérêt général.Nous voulons voir tous les partis politiques condamner ces événements", a-t-il ajouté, en en appelant également à "la responsabilité civile de tous les citoyens".

M. Caïd Essebsi a également assuré que son gouvernement n'avait pas l'intention de rester au pouvoir après l'élection de l'assemblée constituante le 23 octobre."Dès qu'un gouvernement légitime sera en place, notre mission sera terminée", a-t-il déclaré.

M. Caïd Essebsi s'exprimait au siège du gouvernement à Tunis.Son discours a été retransmis sur les chaînes de TV et les radios tunisiennes.