Un habitant de Gao témoigne sur Africa 1 de la situation au Mali

28 juin 2012 à 13h46 par La rédaction

Ce matin 28 juin dans le JDA nous avons reçu l'appel de Mahamadou, un habitant de Gao au Mali. La ville a connu hier de violents combats aboutissant à la victoire d'Ansar Eddine et du MUJAO contre le MNLA. Mahamadou nous donne un point de vue inédit de la population au c�?ur de la crise qui touche le pays.Quel groupe la population soutient-elle parmi les deux groupes essayant d'asseoir leur pouvoir ? Ansar Eddine et le MUJAO, groupement islamiste, ou le MNLA, prônant la laïcité.« Un mouvement s'est détaché lors de l'annexion de la région, Ansar eddine est entré directement en contact avec la population. Le MNLA est là mais ils sont restés à l' écart. Leur intégration est restée timide par rapport au MUJAO. Le MUJAO fait également des gestes envers la population. Dans les membres du MNLA ont retrouve des bandits, les gens qui pillent, qui font les enlèvements. Cela a amené une opposition, les gens se sont révoltés contre le MNLA. »Qu'est ce que la population pense de l'application de la charia ?« La majorité de la population de Gao est musulmane. La charia ne fait pas peur aux gens. Je crois que s'il y a lieu de choisir, les gens vont aller vers la charia. »On raconte que des élèves ne vont plus à l'école, des matières considérées comme susceptibles de favoriser l'infidélité on été supprimées. De plus la mixité aurait été abolie.« Je ne pense pas qu'il y ai de suppressions de matières. Le programme est intégralement appliqué, il n'y a pas de sélection. Pour la mixité, quand j'étais jeune il y avait l'école des filles et l'école des garçons. Je ne pense pas que cela doit faire peur au gens. »« Il n'y a pas lieu d'avoir peur. Le MUJAO est très coopératif, l'état peut négocier avec lui. Les gens qui voudront la charia l'appliqueront, les autres non. »