Dépêches AFP

Un islamiste allié de Béchir arrêté pour le coup d'Etat de 1989 (parti)

20 novembre 2019 à 19h51 Par AFP
Un important allié islamiste de l'ex-président soudanais Omar el-Béchir a été arrêté mercredi pour son rôle dans le coup d'Etat qui l'avait amené au pouvoir en 1989, a indiqué un responsable de son parti. Le leader du Parti du congrès populaire (PCP, islamiste), Ali al-Haj, a été incarcéré à la prison de Kober, à Khartoum, où M. Béchir est détenu depuis qu'il a été destitué en avril par l'armée, sous la pression d'un mouvement de contestation inédit après 30 ans de règne.M. Haj est la cible d'un "acte politique qui n'a rien à voir avec le droit", a dit à l'AFP un responsable du PCP, Idris Souleimane. "C'est l'oeuvre d'un gouvernement qui échoue".La semaine dernière, les Forces pour la liberté et le changement (FLC), principale organisation de la contestation qui a entraîné la chute de M. Béchir, avaient indiqué que les autorités de transition avaient émis de nouveaux chefs d'accusation contre M. Béchir et six autres personnes pour "avoir préparé" le coup d'Etat de 1989.De ces six anciens alliés de M. Béchir, un seul -Ibrahim al-Sanoussi- n'est actuellement pas en prison.Le PCP a été fondé par le défunt leader islamiste Hassan al-Tourabi après qu'il a quitté les rangs de la formation de M. Béchir, le Parti du congrès national (PCN).Omar el-Béchir est actuellement jugé à Khartoum pour des accusations de corruption.L'ancien président soudanais fait aussi l'objet de deux mandats d'arrêts émis par la Cour pénale internationale pour "crimes de guerre", "crimes contre l'humanité" et "génocide" au Darfour.Cette province occidentale soudanaise a été le théâtre d'une guerre sanglante entre rebelles et forces loyales au pouvoir de Khartoum. Le conflit, qui a éclaté en 2003, a fait 300.000 morts et 2,5 millions de déplacés, selon l'ONU.Le Soudan est actuellement dirigé par des autorités de transition, mises en place en août à la suite d'un accord entre les militaires et le mouvement de contestation.