Un travailleur humanitaire tué au Soudan du Sud

Par AFP

AFRICA RADIO

Un employé de l'organisation humanitaire Joint Aid Management (JAM) a été tué au Soudan du Sud la semaine dernière, a annoncé mardi une association représentant les ONG dans ce pays.

"Un membre sud-soudanais de Joint Aid Management (JAM) a été tué par balle par des personnes non identifiées alors qu'il revenait d'une opération humanitaire de soutien à des familles vulnérables", près de Bentiu (Nord), selon un communiqué du Forum des ONG du Soudan du Sud.L'attaque a eu lieu le 30 janvier et un autre membre de l'ONG a été blessé, selon le texte."Les ONG à travers le Soudan du Sud sont horrifiées par les attaques contre les travailleurs humanitaires, et ce particulièrement en cette période où les humanitaires renforcent leur réponse face à l'insécurité alimentaire, aux inondations, à la violence locale et à la pandémie de Covid-19", poursuit le Forum.L'ONG sud-africaine JAM mène depuis 2002 des programmes d'aide alimentaire au Soudan du Sud, selon son site internet. Le Forum souligne que l'année 2020 a été marquée par une importante augmentation des assassinats d'humanitaires, "une tendance qui ne doit pas continuer en 2021".Début novembre, deux humanitaires ont été tués au cours de la même semaine dans l'Etat du Jonglei, dans l'Est du pays.En novembre toujours, le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA) indiquait que neuf travailleurs humanitaires avaient au total été tués au Soudan du Sud depuis début 2020, soit trois fois plus que sur la totalité de l'année 2019. Le Soudan du Sud est généralement considéré ces dernières années comme l'endroit le plus dangereux au monde pour les travailleurs humanitaires et ces meurtres surviennent dans un contexte de recrudescence des attaques contre les membres et convois de ces organisations à travers le pays.Un cessez-le-feu signé en septembre 2018 et la formation début 2020 d'un gouvernement d'union nationale y ont mis fin à plus de six ans de guerre civile, mais de nombreuses régions restent ravagées par des conflits localisés.