Une centaine de soldats pro-Gbagbo déserteurs réfugiés au Libéria

14 mars 2011 à 12h16 par La rédaction

MONROVIA (AFP)

Une centaine soldats de l'armée loyale au président ivoirien sortant Laurent Gbagbo ont déserté et trouvé refuge au Liberia voisin de la Côte d'Ivoire, ont indiqué lundi à l'AFP des réfugiés ivoiriens au Liberia.

Ces soldats des Forces de défense et de sécurité (FDS), qui étaient basés dans l'ouest de la Côte d'Ivoire, ont fui les combats ayant opposé les FDS à l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) à Toulépleu, à l'issue desquels la ville a été reprise le 6 mars par les FN.

"Beaucoup d'entre eux sont déjà passés au Liberia.Ils sont dans la ville de Toetown et les villages environnants, ils sont plus d'une centaine, mélangés aux réfugiés" civils, a déclaré un réfugié ivoirien à Toetown.

Toetown est située dans l'est du Liberia, près de la frontière avec la Côte d'Ivoire, à une trentaine de km de la ville de Toulépleu.

Avant de passer au Liberia, ces soldats ont laissé leurs armes de l'autre côté de la frontière, ont affirmé les réfugiés interrogés par l'AFP.

Un élu local a confirmé ces informations, précisant que les déserteurs ont pris toutes les précautions pour ne pas se faire repérer par la mission des Nations unies au Liberia (Minul).

"Ils ont peur d'être arrêtés par les forces de la Minul.Ils ont masqué leur identité et tout ce qui pourrait facilement les identifier", a affirmé cet élu.

Quelque 75.000 Ivoiriens ont fui au Liberia, la moitié d'entre eux ayant quitté le pays depuis fin février, selon le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés.

La récente flambée de violences entre le camp Gbagbo et celui de son rival Alassane Ouattara, reconnu président par la communauté internationale et soutenu par les FN, fait craindre une guerre civile en Côte d'Ivoire.Les agences humanitaires s'inquiètent de la rapide augmentation des réfugiés et déplacés.