Unesco: la Guinée équatoriale condamne une campagne de "désinformation"

30 octobre 2010 à 16h05 par La rédaction

MALABO (AFP)

Le gouvernement de Guinée équatoriale a condamné samedi ce qu'il estime être une campagne de désinformation et manipulation qui a abouti à la suspension du prix scientifique Unesco Obiang, du nom du président du pays que devait décerner l'organisation culturelle de l'ONU.

L'Unesco avait annoncé le 21 octobre la "suspension" du prix offert par le président Teodoro Obiang Nguema pour mettre fin à plusieurs mois d'une polémique embarrassante pour l'organisation onusienne, du fait des accusations d'ONG dénonçant le régime.

"Le gouvernement de Guinée équatoriale déplore et condamne catégoriquement la nature de la campagne politique de désinformation, manipulation et déclarations fallacieuses publiées dans les organes de la presse internationale afin de manipuler l'opinion publique internationale", indique un communiqué lu à la radio d'Etat.

Le gouvernement équato-guinéen assure qu'avec la décision de l'Unesco "il s'agit du renvoi de l'application de la décision et non la suspension du prix Unuesco Obiang Nguema".

La Guinée équatoriale "appelle au sens de la responsabilité de la part de la communauté internationale afin qu'elle procède à la publication des noms des scientifiques selectionnés, un de l'Amérique Latine, un dans un pays arabe et le troisième de l'Afrique, conformément aux statuts du prix approuvés par le conseil executif de l'Unesco en 2008".

"Ce prix doit contribuer aux efforts de recherches scientifiques afin de trouver les remèdes aux maladies comme le sida, la tuberculose ou le paludisme, lesquelles touchent l'humanité en général et en particulier le continent africain", a rappelé le gouvernement.

Le président Teodoro Obiang Nguema, qui dirige d'une main de fer depuis un coup d'Etat en 1979 ce petit Etat d'Afrique centrale, avait offert 3 millions de dollars pour cinq ans, à raison de 300.000 dollars par an à partager entre trois chercheurs (le reste pour l'administration du prix) pour "récompenser la recherche en sciences de la vie".

Des ONG, des universitaires et jusqu'au prix Nobel de la paix Desmond Tutu avaient appelé l'Unesco à annuler ce prix --qui aurait dû être attribué pour la première fois en 2010-- le jugeant contraire aux valeurs de l'Organisation de l'ONU pour la science, la culture et l'éducation.