"Union sacrée" en RDC: le chargé de mission de Tshisekedi face aux premières difficultés

Par AFP

AFRICA RADIO

Le sénateur nommé par le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, pour identifier une nouvelle majorité au Parlement a exposé ses objectifs à la presse mardi, à l'heure des premières difficultés sur la voie de l'"Union sacrée".

"Les audiences commencent mercredi", a déclaré en conférence de presse Bahati Lukwebo, l'"informateur" nommé le 1er janvier par le chef de l'Etat par le République pour dégager une majorité "d'union sacrée de la Nation".Il s'agit de "rompre avec la mauvaise gouvernance du passé", a-t-il ajouté.La mission doit durer 30 jour, "renouvelable une seule fois", selon la Constitution.Le président Tshisekedi a annoncé le 6 décembre la fin de sa coalition au sommet de l'Etat avec son prédécesseur Joseph Kabila, toujours majoritaire au Parlement.Les premières difficultés ont commencé la semaine dernière pour le chef de l'Etat.M. Tshisekedi n'est toujours pas parvenu à un accord avec ses deux principaux nouveaux alliés potentiels, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, qu'il a reçus la semaine dernière.Pour Bahati Lukwebo, la force politique de M. Katumbi, Ensemble, "n'a pas écrit pour dire qu'il se retire du processus de la constitution de l'union sacrée de la Nation"."Il serait prétentieux de dire que nous allons arrivés à une majorité de 300 à 350 députés" sur 500 a-t-il ajouté, qualifiant sa mission de "difficile".Plusieurs fois ministre pendant les 18 ans du règne de l'ex-président Kabila, le sénateur et homme d'affaires Bahati Lukwebo a quitté le Front commun pour le Congo (FCC, qui regroupe les partisans de Kabila) en juillet 2019, quand il s'est porté candidat à la présidence du Sénat en défiant les amis de M. Kabila.