Village chrétien du Nigeria attaqué par des musulmans: 8 morts

17 juillet 2010 à 16h07 par La rédaction

JOS (Nigeria) (AFP)

Des musulmans ont attaqué samedi un village chrétien du centre du Nigeria, y tuant huit personnes dans un nouvel épisode de violences interconfessionnelles qui ont déjà fait des centaines de morts depuis le début de l'année, a déclaré l'armée.

Sept maisons et une église ont aussi été incendiées, a précisé un porte-parole de l'armée, le lieutenant-colonel Kingsley Umoh."Huit personnes ont été tuées, c'est exact", a-t-il dit.

Un correspondant de l'AFP a vu les corps ainsi que les habitations et l'église brulées du village de Mazzah, près de la ville de Jos, une région où des affrontements meurtriers ont opposé les deux communautés à plusieurs reprises au cours des derniers mois.

Le Nigeria, le pays le plus peuplé d'Afrique avec 150 millions d'habitants, est partagé de façon quasi égale entre les deux confessions chrétienne et musulmane.

L'Etat du Plateau, qui se trouve à la jonction des deux communautés et dont la capitale est Jos, a été le théâtre à plusieurs reprises de violents affrontements communautaires.Lors de deux crises cette année, en janvier et mars, jusqu'à 1.500 personnes y auraient été tuées, selon les décomptes d'ONG.

Ces violences surviennent alors que des élections --présidentielle et des gouverneurs des 26 Etats de la fédération-- sont prévues au premier semestre 2011.

Le lieutenant-colonel Umoh a précisé que des musulmans de l'ethnie fulani sont restés dans le village de Mazzah entre 01H30 et 05H00 du matin, tirant sporadiquement en l'air pour attirer des habitants hors de chez eux et les tuer.

"Sept personnes ont été tuées instantanément à la machette tandis que trois autres ont été grièvement blessées.L'une d'entre elles est morte sur le chemin de l'hopital", a-t-il dit.

Il a ajouté que des renforts militaires avaient été déployés dans ce village situé à 14 km de Jos, pour empêcher une escalade des violences.Mazzah avait retrouvé le calme samedi après-midi, selon des témoins, mais certains habitants avaient pris le chemin de Jos, craignant pour leur sécurité.

Un responsable de l'Etat du Plateau, Gyang Pwajok, a qualifié l'attaque de la nuit d'"acte de terrorisme".

Les dernières violences en date entre musulmans et chrétiens avaient été enregistrées pas plus tard que mardi dernier dans l'est du Nigeria.Elle ont fait au moins huit morts et des dizaines de blessés, tandis que six mosquées et une église étaient brûlées à Wukari, dans l'état de Taraba, selon la police.

Ces violences surviennent aussi avant le premier anniversaire, le 26 juillet, du début d'un soulèvement d'une secte islamiste dans la ville de Maiduguri, dans le nord.

Le soulèvement de la secte Boko Haram, se réclamant des talibans d'Afghanistan, avait été écrasé par l'armée et la police en quelques jours.Les combats avaient fait plus de 800 morts, essentiellement des insurgés, dont leur chef Mohammed Yusuf.

Le nord du Nigeria est majoritairement musulman et le sud est à dominante chrétienne.Les violences à caractère ethnique ou religieux sont régulières, surtout dans le nord.

Selon certains analystes, ces différends sont exploités dans des luttes locales pour le pouvoir.Ils craignent que les incidents ne se multiplient à l'approche des élections de l'an prochain.