Violences au Nigeria: Abuja appelle au cessez-le feu et au dialogue

11 mai 2012 à 13h40 par La rédaction


ABUJA (AFP) - (AFP)

Le gouvernement nigérian a appelé "tous les groupes" violents au cessez-le feu et au dialogue, dans un contexte d'attaques meurtrières incessantes attribuées au groupe islamiste Boko Haram.

Sans nommer spécifiquement ce mouvement, le vice-président Namadi Sambo a lancé cet appel jeudi lors d'une conférence consacrée à "l'islam et la coexistence pacifique dans une société multiculturelle contemporaine".

Le Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique et premier producteur de pétrole, compte autant de musulmans, majoritaires dans le nord, que de chrétiens, plus nombreux dans le sud.

"Le gouvernement est prêt à discuter.L'Histoire a prouvé que même les guerres livrées pendant des décennies ne se concluent, finalement, que par la voie du dialogue", a déclaré M. Sambo, cité dans un communiqué de la vice-présidence reçu vendredi.

"L'islam est une religion de paix, c'est un mode de vie.Il ne peut promouvoir des tueries dénuées de sens et la destruction gratuite de biens", a-t-il ajouté.

La question du dialogue avec Boko Haram, dont les violences depuis la mi-2009 ont fait plus de 1.000 morts, est régulièrement évoquée au Nigeria.

En mars, une tentative de pourparlers préliminaires indirects entre le gouvernement et Boko Haram avait avorté, les islamistes accusant Abuja d'avoir provoqué des fuites dans la presse.

Fin avril, après deux attentats contre des bureaux de l'un des quotidiens nationaux les plus influents du pays, revendiqués par Boko Haram, le président Goodluck Jonathan avait laissé entendre ne pas avoir de position tranchée sur le dialogue.

"Vous pouvez dialoguer, vous pouvez ne pas dialoguer, cela dépend des circonstances", avait-il dit."Mais nous allons exploiter tous les moyens possibles pour mettre fin" au cycle de violences, avait-il aussi assuré.

Les violences attribuées aux islamistes secouent quasiment quotidiennement le Nigeria.Ces attaques à main armée, assassinats et attentats à la bombe, parfois perpétrés par des kamikazes, touchent en particulier le nord.

Boko Haram a revendiqué plusieurs opérations meurtrières de grande envergure, visant tour à tour les Nations unies, des églises chrétiennes, la police, des journaux.

D'autres groupes armés opèrent aussi dans le pays, notamment dans la région pétrolifère du delta du Niger.En outre, des gangs criminels ont mené des actions dans le nord, se faisant passer pour Boko Haram.