Violences policières en Tunisie: Amnesty s'inquiète de l'impunité

Par AFP

AFRICA RADIO

L'ONG Amnesty International s'est inquiétée vendredi de l'impunité persistante des policiers coupables d'abus, dix ans après la révolution, en réaction à une nouvelle série de violences policières qui ont provoqué un tollé en Tunisie.

La mort dans des conditions suspectes d'un jeune habitant la banlieue de Tunis, Ahmed Ben Amara, peu après son arrestation le 8 juin dernier, a déclenché plusieurs nuits de troubles dans le quartier populaire de Sidi Hassine.Des échanges de jets de pierres et gaz lacrymogènes ont aussi eu lieu dans un autre quartier pauvre de Tunis, Ettadhamen, déjà secoué par des troubles similaires l'hiver dernier.Plusieurs manifestations contre les violences policières ont eu lieu ces derniers jours: vendredi, une cinquantaine de personnes ont ainsi défilé dans le centre de Tunis, aux cris de "Dignité et liberté pour les quartiers populaires"."Les générations précédentes se sont habituées au silence et à l'injustice, mais nous n'allons plus nous taire", a lancé Dhia Ayari, un manifestant de 22 ans. Dans un communiqué, Amnesty a appelé les autorités tunisiennes à "mener une enquête impartiale et efficace sur les circonstances suspectes de la mort d'Ahmed Ben Amara". L'ONG souligne que les agents responsables de l'arrestation du jeune homme sont toujours en poste au commissariat de Sidi Hassine."Les informations selon lesquelles des témoins ont été intimidés sont très inquiétantes", estime Amna Guellali, directrice-adjointe d'Amnesty pour le Moyen- Orient et l'Afrique du Nord."C'est la première fois, au cours des dernières années d'enquête (...) en Tunisie que nous avons trouvé autant de personnes ayant peur de parler à une organisation de défense des droits humains", juge-t-elle.Selon l'avocat de la famille cité par Amnesty, les autorités ont arrêté un témoin clé, l'ami d'Ahmed Ben Amara qui l'aurait retrouvé blessé et transporté à l'hôpital.Et un voisin s'est vu confisquer son téléphone après avoir filmé l'interpellation, affirme Amnesty International. En Tunisie, plus de dix ans après la fin du régime policier de Zine el Abidine Ben Ali, les forces de sécurité ne jouissent plus d'un pouvoir discrétionnaire. Mais les réformes n'ont pas permis d'endiguer les dérives, et leurs abus sont très rarement l'objet de poursuites judiciaires.