Yémen: l'ONU demande l'accès aux blessés d'un incendie dans un centre de migrants

Par AFP

AFRICA RADIO

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a demandé un "accès humanitaire urgent" aux migrants blessés dans un incendie meurtrier qui s'est déclaré dimanche dans un centre de rétention de Sanaa, la capitale du Yémen en guerre contrôlée par les rebelles Houthis.

Selon l'OIM, qui n'a pas pu confirmer le nombre de morts faute de bilan officiel, plus de 170 personnes ont été soignées pour des blessures, et "beaucoup sont encore dans un état critique". L'incendie s'est déclaré dans un hangar près du bâtiment principal du centre "surpeuplé", qui abritait alors près de 900 migrants, principalement éthiopiens, selon l'OIM. Plus de 350 se trouvaient dans la zone du hangar."L'OIM demande un accès humanitaire urgent aux migrants blessés dans l'incendie meurtrier de dimanche dans un centre de rétention de Sanaa", a déclaré mardi l'OIM dans un communiqué.Elle a également appelé à "la libération de tous les migrants détenus dans le pays" et à leur assurer "des possibilités de déplacements sûres"."Bien que la cause de l'incendie ne soit pas encore confirmée, son impact est clairement horrible", a déclaré Carmela Godeau, directrice de l'OIM pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. "Nous sommes confrontés à des difficultés pour accéder aux blessés en raison d'une présence sécuritaire accrue dans les hôpitaux", a ajouté la responsable citée dans le communiqué."Les humanitaires et le personnel de santé doivent pouvoir y accéder pour soutenir les soins apportés aux personnes touchées par l'incendie", a-t-elle insisté.L'OIM a rappelé que "toutes les personnes au Yémen, y compris les migrants, doivent bénéficier d'une protection et d'une sécurité dont la responsabilité incombe aux autorités du territoire".Le Yémen reste, malgré la guerre qui ravage le pays depuis plus de six ans, un pays de transit pour des habitants de la Corne de l'Afrique souhaitant rejoindre la riche Arabie saoudite voisine.La capitale Sanaa, comme une large partie du nord du Yémen, est sous le contrôle des Houthis, des rebelles soutenus par l'Iran qui combattent les forces du gouvernement, appuyées elles militairement par l'Arabie saoudite.Les Houthis ont régulièrement été accusés d'empêcher ou compliquer le travail des ONG dans les territoires qu'ils contrôlent, alors que le pays est engouffré dans la pire crise humanitaire au monde selon l'ONU.