Young-Jin Choi : « Nous espérons régler le problème de manière pacifique »

24 décembre 2010 à 9h38 par La rédaction

Young-Jin Choi, représentant permanent de Ban Ki-moon en Côte d'Ivoire, a accordé une interview ce jeudi 23 décembre à ONUCI FM, il répond aux questions de Maha Fayek.Concernant la situation des Droits de l'Homme, celui-ci s'est dit inquiet. Il y a, dit-il, « des violations importantes des droits de l'homme, des exactions inacceptables et des scènes horribles ». Mais nuance-t-il il n'y a pas pour le moment d'indices de guerre civile. Il constate également que le camp Gbagbo « manque de modération dans l'exercice du pouvoir ».Young-Jin Choi, est conscient de sa force. Quand on lui demande comment faire pour éviter la guerre civile, il prédit clairement qu'en cas d'affrontement le camp Gbagbo perdrait et appelle donc au dialogue, qui est « la meilleure solution ».Le représentant du Secrétaire Général de l'ONU rappelle que son « seul maitre » est le Conseil de Sécurité. Il poursuivra donc le mandat qui se prolonge de 6 mois en Côte d'Ivoire. En ce qui concerne la sécurité des locataires de l'Hôtel du Golf, Young-Jin Choi dit ne pas craindre d'attaque, car pour lui, si un tel scénario devait se dérouler, ce serait « vraiment la fin de tout » et pour se qui est du ravitaillement celui-ci ironise en disant jouer au « chat et à la souris ». La journaliste d'ONUCI FM est revenue sur l'existence d'un charnier auquel l'ONUCI n'avait pu avoir accès. Young-Jin Choi explique avoir été bloqué par des forces militaires et avoir été obligé de faire demi-tour. Il rappelle l'importance de pouvoir constater l'existence de ce charnier. Car celui-ci peut conduire ses responsables devant la CPI. Young-Jin Choi confirme également qu'il y a sur place des mercenaires libériens. Sur l'appel de Guillaume Soro à avoir recours à la force, le représentant ne se dit pas concerné. Il rappelle l'impartialité militaire de ses troupes.