Zimbabwe: des experts de l'ONU dénoncent les disparitions et la "torture" d'opposants

10 juin 2020 à 9h14 par AFP

AFRICA RADIO

Des experts de l'ONU ont dénoncé mercredi les "disparitions et la torture" de militants de l'oppposition arrêtés au Zimbabwe et demandé l'abandon des poursuites à leur encontre.

Ces experts indépendants se fondent sur des informations relatives à l'arrestation le 13 mai à Harare lors d'une manifestation, de trois jeunes militantes zimbabwéennes du Mouvement pour un changement démocratique (MDC).La députée Joanna Mamombe et deux autres membres du MDC, Netsai Marova et Cecilia Chimbiri, avaient été retrouvées deux jours plus tard grièvement blessées en bordure d'une route des faubourgs de la capitale.Elles accusent la police de les avoir torturées.Dans un communiqué, les experts, qui ne s'expriment pas au nom de l'ONU, "appellent le Zimbabwe à cesser immédiatement un cycle apparent de disparitions et de torture qui semble destiné à museler les manifestations et la dissidence".Selon eux, les jeunes femmes ont également été "agressées sexuellement".Fin mai, elles ont été inculpées d'incitation à "la violence sur la voie publique"."Les charges à l'encontre des trois femmes devraient être abandonnées", selon les experts qui demandent au Zimbabwe de "poursuivre et punir urgemment les auteurs de ce crime odieux".Pour la seule année 2019, ajoutent-ils, 49 cas d'enlèvement et de torture ont été rapportés dans le pays de 15 millions d'habitants frappé par une grave crise économique aggravée par la crise sanitaire liée au nouveau coronavirus.