Zimbabwe: Londres demande le retrait de l'armée des rues d'Harare

Par AFP

AFRICA RADIO

Le Royaume-Uni a demandé jeudi au gouvernement du Zimbabwe de retirer l'armée des rues de la capitale Harare, où elle patrouille au lendemain d'une répression meurtrière contre l'opposition qui crie à la fraude à la présidentielle de lundi.

"Nous condamnons l'usage excessif de la force par les forces de sécurité contre les manifestants hier", a déclaré l'ambassade du Royaume-Uni au Zimbabwe dans un communiqué publié sur son compte Twitter. "L'ambassadeur britannique a rencontré des ministres du gouvernement hier et à nouveau aujourd'hui, et elle a insisté sur le fait que l'armée doit être retirée des rues de Harare et que les forces de sécurité doivent agir avec la plus grande retenue", a ajouté l'ambassade de l'ancienne puissance coloniale. Trois personnes ont été tuées mercredi à Harare dans des affrontements entre forces de l'ordre et partisans de l'opposition dénonçant des fraudes, après l'annonce de la victoire du parti au pouvoir depuis 1980, la Zanu-PF. Il s'agit du premier scrutin général organisé dans le pays depuis la chute du président Robert Mugabe en novembre 2017, après 37 ans au pouvoir. La commission électorale a de son côté exhorté jeudi la population à faire preuve de "patience", annonçant que les résultats seraient communiqués dans la journée ou vendredi.L'ambassade a salué la volonté du président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa de mettre en place une "enquête indépendante" pour faire la lumière sur "les événements tragiques" de mercredi, et a dit espérer qu'elle soit "mise en oeuvre rapidement". "Tous les dirigeants politiques ont la responsabilité de veiller à ne pas attiser les tensions ni faire des déclarations qui encouragent la violence", a ajouté l'ambassade.mpa/fb/jpc