Zimbabwe: Mugabe appelle l'armée à "garder jalousement" les ressources du pays

Par La rédaction

HARARE (AFP)

Le président Robert Mugabe a appelé mardi les militaires à "garder jalousement" les ressources naturelles du Zimbabwe, où une délégation de pays producteurs de diamant a entamé une mission sur le respect des droits de l'homme dans les mines de Marange (est).

"Le message que je vous adresse aujourd'hui est de demeurer loyal à votre pays et de garder jalousement son indépendance, sa souveraineté et ses ressources naturelles", a déclaré le président zimbabwéen lors d'une réunion à l'occasion de la Journée des forces de la défense.

"Restez vigilants face aux efforts subtils des impérialistes pour nous déposséder du contrôle de nos ressources naturelles", a-t-il ajouté.

Ces déclarations interviennent au lendemain de l'arrivée au Zimbabwe d'une délégation de ministres africains de pays producteurs de diamants.Cette mission, qui intervient dans le cadre du processus de Kimberley (KP), est chargée de faire le point sur le respect des droits de l'Homme dans les mines de Marange.

Une équipe du KP a visité la zone diamantaire de Marange mardi où elle devait confirmer si les abus avaient cessé avant la première vente prévue mercredi à Harare de diamants zimbabwéens, a indiqué le secrétaire aux Mines, Thankful Musukutwa.

"Certains de ses membres observeront les ventes aux enchères mercredi tandis que d'autres resteront à Marange et continueront leur examen des opérations effectuées là-bas par les compagnies" de diamantaires, a déclaré à l'AFP M. Musukutwa.

Le superviseur du KP, Abbey Chikane, se trouvait dans la capitale zimbabwéenne pour des entretiens avec le gouvernement en prévision de cette vente.Il devrait certifier et examiner tous les diamants zimbabwéens.

Le recours au travail forcé auquel l'armée contraignait les villageois des environs de Marange, avait été dénoncé dans un rapport du KP.

Depuis cette enquête, M. Chikane a certifié que le Zimbabwe remplissait les critères minimaux de respect des droits de l'homme.Son rapport n'a pas convaincu tous les membres du KP, qui a cependant autorisé le pays à organiser deux ventes de diamants mercredi, mais sous supervision.