Zuma et Kabila condamnent "les forces qui déstabilisent" l'Est de la RDC

Par La rédaction

PRETORIA (AFP) - (AFP)

Le président sud-africain Jacob Zuma et son homologue congolais Joseph Kabila ont condamné mardi "de la manière la plus ferme les forces impliquées dans la déstabilisation" de la République démocratique du Congo (RDC) dont l'Est est en proie depuis mai une rébellion armée.

Les deux chefs d'Etat ont saisi l'occasion de la visite de M. Kabila en Afrique du Sud "pour étudier à fond l'instabilité persistante dans l'Est de la RDC" et "à cet égard, les deux dirigeants ont condamné de la manière la plus ferme les forces impliquées dans la déstabilisation d'un Etat souverain et ont demandé la cessation immédiate de leurs activités", selon un communiqué conjoint.

L'Est de la RDC, région immensément riche en ressources naturelles et frontalière du Rwanda et de l'Ouganda, est le principal foyer de tensions régionales depuis la fin de la dictature du maréchal Mobutu en 1997.

Début mai, d'ex-rebelles intégrés à l'armée congolaise se sont mutinés et défient le pouvoir de Kinshasa, avec, selon un rapport d'experts des Nations Unies, le soutien de l'Ouganda et du Rwanda, ce que ces deux pays démentent.

M. Kabila, en visite en Afrique du Sud dans le cadre des échanges bilatéraux réguliers entre les deux pays, a aussi reçu l'assurance que Pretoria allait l'aider.

"Les deux président s'engagent avec leurs gouvernements respectifs à contribuer aux efforts régionaux visant à aider le gouvernement de RDC à relever ce défi", indique le communiqué, lu à la presse en anglais par la ministre sud-africaine des Affaires étrangères Maite Nkoana Mashabane puis en français par son homologue congolais Raymond Tshibanda.

Aucune question des médias n'a été autorisée, à l'issue de cette lecture clôturant un séminaire de travail où les deux chefs d'Etat étaient entourés d'une délégation étoffée de ministres et hauts fonctionnaires.

La visite de M. Kabila a également été l'occasion de passer un accord de coopération dans le secteur des hydrocarbures.L'accord a été signé par les groupes Petrosa et Cohydro.

"Cet accord important établira une coopération importante dans le domaine de la pré-exploration, de l'exploration, du développement et de la production d'hydrocarbures pour le bénéfice des deux pays", selon le communiqué conjoint.