Nigeria: 12 morts dans l'attaque d'une base militaire dans le nord-ouest

13 septembre 2021 à 12h21 par AFP

AFRICA RADIO

Des assaillants armés ont tué 12 membres des forces de sécurité nigérianes lors de l'attaque d'une base militaire dans l'État de Zamfara (nord-ouest du pays), avant de voler des armes et d'incendier des bâtiments, ont indiqué lundi deux sources sécuritaires à l'AFP.

L'identité des auteurs de l'attaque qui s'est produite samedi à Mutumji n'a pas été précisée dans l'immédiat, mais des opérations militaires sont en cours contre des bandes criminelles à Zamfara, notamment accusées de plusieurs enlèvements de masse ces derniers mois. Les télécommunications ont été coupées à Zamfara et dans certaines parties de l'État voisin de Katsina pour empêcher les groupes armés d'échanger entre eux sur les mouvements de troupes. "Les assaillants ont pris d'assaut la base vers 10h30 (locales) et ont engagé les troupes dans une violente fusillade", a déclaré une source sécuritaire. "Ils ont pris le dessus sur les troupes et tué 12 personnes, neuf membres de la marine, un soldat et deux policiers", a ajouté cette source. Une deuxième source au sein des forces de sécurité a confirmé ce bilan. Mutumji, dans le district de Dansadau, à environ 80 kilomètres de la capitale de l'État, Gusau, est une base militaire stratégique pour la logistique et la reconnaissance dans la lutte contre les bandes armées de la région. Dans le nord-ouest du Nigeria, les jihadistes qui mènent depuis 12 ans une insurrection ayant fait 40.00 morts, attaquent régulièrement les bases militaires de l'État de Borno. Plus récemment, les bandes criminelles lourdement armées qui pillent les villages et kidnappent les habitants contre rançon dans les États du nord-ouest et du centre ont elles aussi commencé à s'en prendre à des cibles militaires. En juillet, des "bandits" comme on les appelle localement, ont abattu un avion de l'armée de l'air au-dessus de Zamfara alors qu'il rentrait d'une opération. Le pilote s'est éjecté indemne et a réussi à échapper aux assaillants. Des hommes armés ont également attaqué une académie militaire qui forme l'élite du pays dans l'État de Kaduna le mois dernier, tuant deux officiers et en enlevant un autre lors d'un raid symbolique contre les forces armées. Ces groupes armés semblent avant tout motivés par l'argent, mais il existe des signes de liens croissants entre eux et les jihadistes du nord-est du pays.