Nigeria: dernière élection test locale avant la présidentielle

AFRICA RADIO

16 juillet 2022 à 16h06 par AFP

Les électeurs de l'Etat d'Osun, dans le sud-ouest du Nigeria, ont voté samedi pour choisir un nouveau gouverneur et le dépouillement des bulletins de vote a commencé, dans un scrutin dont l'issue pourrait donner la tendance de la présidentielle prévue en février 2023.

Le résultat et les conditions dans lesquelles se déroulent cette élection feront figure d'ultimes indicateurs pour les formations politiques dominantes, à sept mois du scrutin présidentiel dans le pays le plus peuplé d'Afrique. Car il s'agit de la dernière élection d'un gouverneur au Nigeria avant l'élection présidentielle. Les deux principaux partis ont d'ores et déjà désigné leur candidat et le président Muhammadu Buhari, qui termine son deuxième mandat, a annoncé ne pas se représenter, comme le prévoit la Constitution. Selon la Commission électorale nationale indépendante (INEC) du Nigeria, l'Etat d'Osun compte 1.9 million d'électeurs inscrits. Les bureaux de vote ont officiellement ouvert à 07h30 GMT puis fermé à 13h30 GMT. Le vainqueur de ce scrutin sera connu d'ici dimanche, a déclaré le responsable électoral Opemipo Adelusi à Osogbo, la capitale de l'Etat. Parmi les candidats en lice pour le poste de gouverneur d'Osun, deux favoris se distinguent: le gouverneur sortant Gboyega Oyetola du Congrès des progressistes (APC), parti au pouvoir, et le sénateur Ademola Adeleke du Parti démocratique populaire (PDP), principal parti d'opposition. Les deux hommes s'étaient déjà affrontés en 2018 dans un scrutin qui avait vu M. Oyetola s'imposer grâce à une infime avance de moins de 500 voix d'écart. Tous deux sont soutenus par des stars de la musique: M. Adeleke, surnommé le "sénateur dansant" pour son penchant pour la fête, est l'oncle de Davido, artiste parmi les plus célèbres au Nigeria. M. Oyetola, lui, peut compter sur le soutien de Portable, artiste aimé de la jeunesse mais bien moins connu que Davido. Osun fait partie des huit Etats du Nigeria, sur un total de 36, où les élections des gouverneurs n'ont pas lieu en même temps que dans le reste du pays en raison de contestations juridiques des résultats précédents. Mercredi, les candidats ont signé un accord de paix, s'engageant à accepter le résultat de l'élection. La police a quant à elle indiqué avoir déployé plus de 23.000 agents, des hélicoptères et des drones pour garantir une élection sans heurts. Des violences ont toutefois été signalées avant le scrutin. Lundi, des hommes armés ont attaqué la résidence du candidat du parti travailliste, Yusuf Lasun, qui n'était pas chez lui. Le Nigeria a une longue histoire de troubles et de malversations liés aux élections. En 2011, plus de 800 personnes avaient été tuées dans des violences post-électorales dans le pays.