Nigeria: des attaques jihadistes font 27 morts dans le nord-est

AFRICA RADIO

27 février 2022 à 14h51 par AFP

Vingt-sept personnes ont été tuées depuis vendredi dans quatre attaques distinctes attribuées à des jihadistes dans le nord-est du Nigeria, ont indiqué dimanche à l'AFP des sources sécuritaires et des habitants.

Le groupe Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap), branche dissidente de Boko Haram qui a fait scission en 2016, a multiplié les attaques ces dernières semaines malgré les opérations militaires en cours dans la région. Samedi soir, l'Iswap a tué 24 civils dans trois villages de l'État du Borno, ont déclaré à l'AFP un chef de milice antijihadiste et un habitant, affirmant que ces civils étaient visés pour avoir aidé les troupes face aux insurgés. Les assaillants ont ciblé les villages de Sabongarin Kimba, Mandara-Girau et Ngama, aux abords de la forêt de Sambisa, l'un des principaux repaires des jihadistes, ont indiqué ces sources. "Les terroristes ont tué 24 personnes dans les trois villages la nuit dernière", a déclaré le chef de milice antijihadiste, Mustapha Karimbe. "Ils se sont déplacés de village en village, choisissant leurs cibles et les massacrant", a ajouté M. Karimbe, précisant que neuf résidents ont été tués à Sabongarin Kimba, sept à Mandara-Girau et huit à Ngama. Selon lui, les soldats avaient demandé l'aide des villageois pour surveiller une route où les jihadistes ont l'habitude de tendre des embuscades. Les attaques étaient "une punition pour l'aide apportée par les habitants aux soldats", a-t-il dit. L'armée et des responsables locaux n'étaient pas joignables dans l'immédiat pour confirmer les attaques. Un autre milicien, Umar Ari, a fourni le même bilan, affirmant que les insurgés avaient envoyé un avertissement aux villageois, les menaçant de "graves conséquences" s'ils coopéraient avec l'armée. Selon un habitant de la ville voisine de Biu, Ahmad Babagana, "il était clair qu'ils connaissaient les habitants qu'ils recherchaient". Vendredi en fin de journée, l'Iswap a mené une autre attaque à Chibok, toujours dans l'Etat du Borno, où Boko Haram avait enlevé plus de 200 écolières en 2014, suscitant l'indignation du monde entier. Des combattants arrivés en pick-ups et à motos ont attaqué le village de Kautikeri dans le district de Chibok, ont indiqué deux résidents. "Ils sont arrivés vers 17h45 (1645 GMT) et ont attaqué le village avec des armes à feu, tuant trois personnes et brûlant une église", a déclaré à l'AFP Samson Bulus, un habitant de Kautikeri. Un autre habitant, Samson Silas, a fait le même récit. Il s'agit de la deuxième attaque jihadiste contre ce village en un mois. Le 20 janvier, l'Iswap a tué deux habitants et enlevé 20 enfants, selon deux habitants et un chef local. L'armée affirme avoir tué 180 jihadistes et arrêté 130 personnes soupçonnées de "terrorisme" dans le nord-est du pays depuis la fin du mois de janvier. Le conflit dans le nord-est, qui dure depuis 12 ans, a fait au moins 40.000 morts et plus de deux millions de déplacés.