Nigeria: des tirs de roquettes font au moins quatre morts dans le nord-est

Par AFP

AFRICA RADIO

Au moins quatre personnes ont été tuées jeudi dans l'explosion de plusieurs roquettes tirées par des jihadistes présumés dans le nord-est du Nigeria, le jour de la visite du président Muhammadu Buhari, ont affirmé des résidents et les services de secours.

Vers 10H00 GMT, au moins cinq roquettes ont été tirées depuis un lieu inconnu sur Maiduguri, la grande ville du nord-est, région en proie à une insurrection jihadiste depuis 12 ans. La capitale de l'Etat du Borno se préparait à la visite officielle du président Buhari, arrivé sur place aux alentours de 12H00 GMT. Les habitants ont imputé l'attaque à l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap) qui sévit notamment dans la région. "Nous avons évacué quatre corps à l'hôpital depuis une maison touchée par l'une des roquettes", a déclaré sous le couvert de l'anonymat un responsable des services d'urgence. "Plusieurs personnes ont été blessées dans les attaques dans les trois endroits touchés", a ajouté ce responsable de l'Agence d'Etat de gestion des urgences (SEMA). Les projectiles ont frappé les quartiers de Gomari, Bulunkutu et Ajillari-Kuros, ont précisé les services de secours et les habitants. "Cinq roquettes sont tombées sur la ville ce matin mais il est trop tôt pour donner des détails sur les destructions et pertes enregistrées", a déclaré Umar Ari, un milicien anti-jihadiste. Selon un habitant, Abbagana Ahmad, l'une des roquettes a touché une maison de Gomari, près de la base aérienne où le président Buhari devait atterrir, tuant une femme et ses trois enfants. Les agences de sécurité et les responsables n'avaient pas commenté l'incident dans l'immédiat. A Maiduguri, M. Buhari doit inaugurer plusieurs projets dont un pont aérien et un centre éducatif à l'université de la ville. Par le passé, l'Iswap et son rival Boko Haram ont lancé des attaques meurtrières en tirant des roquettes sur Maiduguri au cours de l'insurrection jihadiste qui a fait plus de 40.000 morts et déplacé près de deux millions personnes. Début décembre, les jihadistes ont tiré deux roquettes sur la ville, touchant deux maisons à Gomari et Bulunkutu mais cette fois, sans faire de victime, selon les habitants. En février, au moins 17 personnes avaient été tuées et une quarantaine d'autres blessées par une attaque à la roquette menée à l'aube sur Maiduguri par les combattants de l'Iswap. L'Iswap a consolidé son contrôle dans le nord-est après la mort du chef de Boko Haram en mai lors d'affrontements entre les deux groupes.