Nigeria: libération de 29 invités à un mariage enlevés il y a deux semaines

AFRICA RADIO

24 juin 2022 à 22h36 par AFP

Vingt-neuf personnes enlevées par des hommes armés il y a deux semaines alors qu'elles revenaient d'un mariage dans le nord-ouest du Nigeria ont été libérées jeudi, ont déclaré vendredi des proches à l'AFP.

Les victimes -toutes commerçantes en téléphonie mobile- ont été enlevées dans la nuit du 11 au 12 juin après la panne de l'un de leurs véhicules sur le chemin du retour pour Gusau, la capitale de l'Etat de Zamfara, après avoir assisté au mariage d'un collègue dans l'Etat voisin de Sokoto. "Vingt-neuf de nos membres enlevés il y a deux semaines ont été libérés jeudi après que nous ayons versé 20 millions de nairas (46.000 euros) à leurs ravisseurs", a déclaré Kabiru Garba Mukhtar, le chef du syndicat des commerçants mobiles de Zamfara. Le lendemain de l'enlèvement, M. Mukhtar avait déclaré à l'AFP que 30 invités au mariage avaient été enlevés tandis que 20 autres avaient réussi à s'échapper. En réalité, 29 personnes ont été kidnappées et toutes ont été libérées, a-t-il affirmé. "Leur libération fait suite à d'intenses négociations avec les +bandits+ qui avaient initialement demandé une rançon de 145 millions de nairas (331.000 euros) pour les otages", a déclaré Mustapha Halifa, un autre responsable du syndicat, qui a également confirmé le nombre de 29 personnes enlevées et libérées. Dans la foulée de leur libération, les victimes ont été hospitalisées pour des maladies contractées en raison des "conditions difficiles" de leur captivité, a précisé M. Halifa. Des gangs criminels lourdement armés, connus localement sous le nom de "bandits", sévissent dans le nord-ouest et le centre du Nigeria, où ils attaquent des villages et procèdent à des enlèvements massifs contre rançon malgré les opérations militaires destinées à les combattre. Mercredi, des hommes armes ont enlevé 22 agriculteurs dans leurs champs à la périphérie d'Abuja, capitale du Nigeria, dernier kidnapping d'une longue série dans le pays le plus peuplé d'Afrique. Ces gangs agissent pour des raisons financières, sans revendication idéologique a priori. Mais de possibles alliances avec les groupes jihadistes, qui mènent une insurrection dans le nord-est depuis 13 ans, suscitent de nombreuses inquiétudes.