Nord-est du Nigeria: 7 militaires tués dans une attaque jihadiste

Par AFP

AFRICA RADIO

Sept militaires nigérians ont été tués vendredi dans une attaque jihadiste contre un poste de l'armée dans le nord-est du Nigeria, proche de la frontière avec le Cameroun, ont affirmé à l'AFP des sources militaires.

Des combattants du Groupe Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap), à bord de plusieurs vans équipés d'armes automatiques ont attaqué cette base située dans le ville de Rann aux alentours de 01H00 GMT, provoquant d'intenses combats avec des militaires nigérians, ont affirmé ces sources. "Les troupes ont repoussé cette attaque mais nous avons perdu 7 soldats, dont deux officiers" a précisé à l'AFP un officier militaire. Ces combattants se sont rabattus dans les tranchées construites autour de la ville et ont tiré à l'aide de lance-roquettes sur les troupes qui les poursuivaient, selon un autre officier militaire, qui a communiqué le même bilan. L'attaque a forcé les habitants de cette ville à fuir leur domicile, selon cette source qui a demandé à garder l'anonymat. Rann est située à 175 kilomètres de Maiduguri, la capitale de l'Etat du Borno, où sévit une insurrection jihadiste depuis près de douze ans. L'Iswap a consolidé son territoire ces derniers mois dans la région du lac Tchad après la mort d'Abubakar Shekau, le commandant du groupe rival Boko Haram, dans des combats entre les deux forces jihadistes. Reconnu par le groupe Etat islamique, l'Iswap est né en 2016 d'une scission avec Boko Haram, auquel il reproche notamment des meurtres de civils musulmans. Depuis 2019, l'armée a fermé ses plus petites bases pour s'installer dans des garnisons plus grandes et fortifiées, appelées "super camps", pour tenter de mieux résister aux attaques. Une stratégie qui a laissé davantage de liberté de mouvement aux jihadistes dans les zones rurales, estiment les critiques de ces "super camps". Le conflit, qui a provoqué le déplacement d'environ deux millions de personnes dans le nord-est du pays, s'est étendu aux pays voisins, ce qui a conduit à la mise en place d'une coalition militaire régionale contre les groupes islamistes.