Omicron: la pandémie déclenche une nouvelle brouille entre le Maroc et l'Espagne

Par AFP

AFRICA RADIO

Le choix délibéré du Maroc de rapatrier une partie de ses ressortissants bloqués en Europe à cause du Covid-19 via le Portugal plutôt que par l'Espagne a déclenché mardi une nouvelle passe d'armes diplomatique entre Rabat et Madrid.

Les autorités marocaines ont indiqué avoir décidé d'organiser des vols de rapatriement à partir du Portugal en raison de "l'absence de respect des protocoles sanitaires" par les autorités espagnoles, selon le ministère marocain de la Santé. "Cette décision s'explique par l'absence de garanties tangibles concernant le respect des mesures déjà prises, dont le contrôle du pass vaccinal et de l'état de santé des passagers, selon une approche ferme, appropriée et en conformité avec les recommandations et règles internationalement reconnues", a expliqué le ministère marocain lundi soir. "Les autorités espagnoles compétentes sont loin d'assurer une action rigoureuse de contrôle de l'état de santé des passagers lors de l'embarquement des passagers aux aéroports", a-t-il accusé, estimant que cette situation représente "un danger pour la santé des citoyens marocains". Selon le média en ligne espagnol El Confidencial, bien informé sur ces questions, le gouvernement espagnol a réagi en convoquant mardi le chargé d'affaires marocain à Madrid, Farid Aoulouhaj. Contacté par l'AFP, le ministère espagnol des Affaires étrangères n'a pas souhaité faire de commentaire. Lors d'une conférence de presse mardi, le chef de la diplomatie espagnole a vivement dénoncé la déclaration marocaine. "Le communiqué public n'est pas acceptable du point de vue de l'Espagne car il ne correspond à aucune réalité", a réagi José Manuel Albares. "L'Espagne remplit tous les critères internationaux en matière de lutte contre le Covid, le gouvernement y travaille sans relâche", a assuré M. Albares. "Ce n'est pas acceptable et ça n'est basé sur aucune réalité objective. C'est ce que je ferai savoir au Maroc", a-t-il estimé, ajoutant que "les intérêts de l'Espagne seraient toujours défendus". Le ministre espagnol a précisé qu'il n'avait pas été averti du communiqué marocain avant sa publication et a assuré que l'Espagne travaille "avec toute sa bonne volonté" à entretenir "les meilleures relations avec le Maroc". - Une brouille persistante - En mai dernier, une crise majeure avait envenimé les relations entre Rabat et Madrid à la suite de l'hospitalisation pour des "raisons humanitaires" en Espagne du chef des indépendantistes sahraouis du Front Polisario, Brahim Ghali, considéré par le Maroc comme un "criminel de guerre". Au coeur de la brouille -- qui persiste -- figure la question du Sahara occidental, ancienne colonie espagnole, qui oppose depuis des décennies le Maroc au Front Polisario soutenu par l'Algérie. Ainsi, l'ambassadrice du Maroc en Espagne, Karima Benyaich, n'a toujours pas regagné son poste à Madrid. Selon le ministère marocain de la Santé, de nombreux cas d'infection au Covid-19 ont été détectés chez des personnes en provenance de l'Espagne via des vols privés, soit à leur arrivée ou lors d'un transit. Le 13 décembre, le gouvernement marocain avait autorisé "à titre exceptionnel" les Marocains établis à l'étranger à retourner dans leur pays à partir du Portugal, de la Turquie et des Emirats arabes unis. Cette opération doit prendre fin le 23 décembre. Des milliers de Marocains ont été bloqués à l'étranger à la suite de la décision des autorités de prolonger au moins jusqu'au 31 décembre la suspension des vols passagers à destination et en provenance du Maroc en raison de la propagation du variant Omicron du Covid-19 et de la recrudescence de la pandémie en Europe. Selon le ministère de la Santé, le nombre de nouvelles infections a augmenté de 50% en une semaine, même si le bilan des cas sévères ou critiques, et des décès, reste stable. "Le risque d'une reprise de l'épidémie est très probable", a mis en garde le ministère mardi.