ONU: Chine et Occidentaux s'accusent de violations des droits humains

Par AFP

AFRICA RADIO

Quarante-trois pays ont réclamé jeudi à la Chine, dans une déclaration commune lue à l'ONU par la France, de "garantir le plein respect de l'Etat de droit" à l'égard des Ouïghours au Xinjiang, s'attirant une vive critique de Pékin dénonçant "un bilan terrible en droits humains" de Washington, Londres et Paris.

"Nous appelons la Chine à autoriser un accès immédiat et sans entrave au Xinjiang pour les observateurs indépendants, y compris le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme et son Bureau", a ajouté l'ambassadeur français Nicolas de Rivière, lors d'une réunion virtuelle d'une commission de l'Assemblée générale de l'ONU spécialisée dans les droits humains. "Nous sommes particulièrement préoccupés par la situation dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang", a-t-il précisé, en évoquant des informations crédibles sur des "camps de rééducation politique où plus d'un million de personnes sont arbitrairement détenues". La déclaration commune aux 43 pays - Etats-Unis, pays européens, d'Asie, etc - parle de torture, de traitements cruels, inhumains et dégradants, de stérilisation forcée, de violence sexuelle et sexiste et de séparation forcée d'enfants, ciblant "de manière disproportionnée les Ouïghours et les membres d'autres minorités". Dénonçant des "mensonges" et un "complot pour nuire à la Chine", l'ambassadeur chinois à l'ONU, Zhang Jun, est rapidement intervenu lors de la réunion pour rejeter des "accusations infondées". "Le Xinjiang jouit du développement et le peuple s'émancipe chaque jour et est fier des progrès réalisés", a-t-il assuré, soutenu par Cuba qui a critiqué une ingérence dans les affaires internes chinoises. Lors d'une longue conférence de presse, Zhang Jun a affirmé que son pays était disposé à accueillir une visite amicale sans s'apparenter à une enquête du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme. Il a accusé Washington, Paris et Londres d'avoir un "bilan terrible en droits humains". Dans un document diffusé dans la foulée aux médias, la Chine a dénoncé un "nettoyage ethnique inhumain contre les Indiens" et l'intensification d'un "harcèlement contre les Américains d'origine asiatique" aux Etats-Unis. - Pressions chinoises - Pékin évoque aussi dans ce texte "les problèmes raciaux (ayant) longtemps assailli le Royaume-Uni" et accuse la France "d'avoir massacré des dizaines de milliers de personnes durant la période coloniale", en commettant des "crimes contre l'humanité". L'armée française a tué "19 civils" au Mali en janvier, précise le document alors que Paris s'est toujours défendu d'avoir commis une bavure. Le texte insiste sur l'"islamophobie" en France et le "mauvais état (de ses) prisons". En 2019 et 2020, porté respectivement par le Royaume-Uni et l'Allemagne, un texte défendant les Ouïghours avait été rendu public dans les mêmes conditions et déjà suscité de vives critiques chinoises. Après 23 signataires il y a deux ans, la déclaration avait recueilli l'an dernier l'appui de 39 pays auxquels se sont ajoutés en 2021 notamment la Turquie, Eswatini, le Portugal et la République tchèque. En revanche, ne figurent plus dans les signataires cette année, ni Haïti, aux relations avec la Chine compliquées depuis la reconnaissance par Port-au-Prince de Taïwan, ni la Suisse, a constaté l'AFP. Selon une source diplomatique, la position de fond de la Suisse sur les Ouïghours n'a pas changé mais ce pays a accueilli récemment une rencontre à haut niveau entre les Etats-Unis et la Chine et décidé de donner la priorité à son rôle de facilitateur entre ces deux puissances plutôt qu'à sa signature de la déclaration annuelle sur le Xinjiang. A en croire des diplomates, la Chine multiplie chaque année les pressions pour dissuader les membres de l'ONU de signer, menaçant de ne pas renouveler une mission de paix dans tel pays ou d'empêcher la construction d'une nouvelle ambassade en Chine pour tel autre.