Présidentielle en France : Les "petites mains", quelle perception de la campagne ?

eboueur

8 avril 2022 à 10h50 par Marie Penin / Africa Radio Paris

Une étude de l’organisme du ministère du Travail indique que les travaux les plus pénibles, avec des conditions de travail difficiles, sont souvent tenus par des travailleurs immigrés ou des fils et filles d’immigrés. A quelques jours de la présidentielle, ces derniers estiment que leur contribution à la société française n’est pas perçue à leur juste valeur. Beaucoup avouent ne pas retrouver leurs préoccupations dans les discours des candidats à la présidentielle. Marie Penin en a rencontré quelques-uns dans les rues de Paris. 

Moussa Sissoko, français d’origine malienne, travaille depuis quelques mois comme chauffeur poids lourd. A son arrivée en France il y a 10 ans, il s’est dirigé vers le secteur du bâtiment et travaux publics, vers un métier difficile physiquement pas suffisamment rémunéré. 

Dépité par l’injustice salariale dont il se dit victime et craignant pour sa santé, il a décidé de changer de métier. A l’approche de la présidentielle, il espère que le futur président accordera plus d’attention à tous les travailleurs des secteurs d’activité dits pénibles.

Moussa Sissoko regrette que de nombreux métiers pénibles exercés en majorité par des français issus de l’immigration tels que des ouvriers, des caissières, ou des livreurs ne soient pas reconnus à leur juste valeur.

C’est un sentiment que partage Bakari qui est livreur pour Uber Eats depuis 2 ans. Ce français d’origine ivoirienne travaille parfois plus de 10 h par jour, pour un revenu qui n’arrive même pas au SMIC horaire brut qui est de 10,57 euros.

Il souhaite aussi que le futur président ou la future présidente pourra travailler à augmenter le SMIC horaire pour améliorer les conditions de vie de ces personnes travaillant dans les métiers dits pénibles. Pour lui, aucun des candidats ne s’intéresse réellement à la précarité de ses congénères qui contribuent au bon fonctionnement de la société française. Pire, les discours contre les immigrés sont récurrents.

Contrairement aux autres, Malaly Kagoro Camara ne se plaint pas de sa condition de travail. Ce français, originaire du Mali a travaillé dans la mairie de son quartier, dans le secteur du désherbage. S’il est fier de son travail, il a les mêmes préoccupations par rapport au pouvoir d'achat.

Même s’il dit regretter ce qu’il appelle la diabolisation des étrangers par certains candidats, il espère que celui ou celle qui sera élu au soir du 24 avril prochain, fera de la justice sociale et de l’égalité des chances de tout citoyens français une priorité.

Il promet de faire entendre sa voix dimanche, lors du 1er tour le dimanche 10 avril prochain.

Présidentielle en France : Les "petites mains", quelle perception de la campagne ?