Podcasts

Niger : une présidentielle sans le principal opposant

Au Niger l’élection couplée présidentielle et législative est prévue  le 27 décembre 2020  30 candidats sont en lice pour la présidentielle à laquelle ne participera pas Hama Amadou ;La candidature du principal opposant nigérien a été rejetée par la cour constitutionnelle suite à sa condamnation à un an de prison dans une affaire de trafic de bébés au Nigeria Comment se prépare ce double scrutin à un mois de l'échéance ? invités : Maikol zodi : Le coordinateur national pour le Niger du mouvement : “Tournons la page”  Ibrahim Bana : membre de la cellule communication Lumana  Boubacar Sabo : secrétaire aux élections du comité exécutif national du PNDS responsable de la communication de campagne du candidat Bazoum mohamed.

Au Niger l’élection couplée présidentielle et législative est prévue  le 27 décembre 2020 

30 candidats sont en lice pour la présidentielle à laquelle ne participera pas Hama Amadou ;La candidature du principal opposant nigérien a été rejetée par la cour constitutionnelle suite à sa condamnation à un an de prison dans une affaire de trafic de bébés au Nigeria

Comment se prépare ce double scrutin à un mois de l'échéance ?

invités :

Maikol zodi : Le coordinateur national pour le Niger du mouvement : “Tournons la page” 

Ibrahim Bana : membre de la cellule communication Lumana 

Boubacar Sabo : secrétaire aux élections du comité exécutif national du PNDS responsable de la communication de campagne du candidat Bazoum mohamed.

25 novembre 2020

Burundi / ONU : le bras de fer persiste

Le gouvernement burundais a annoncé la fermeture formelle et la liquidation d'ici le 31 décembre 2020 du Bureau de l’envoyé spécial de l'ONU dans le pays  
Mais le secrétaire général de l'organisation Antonio Guterres souhaite prolonger jusqu’au 31 décembre 2021, la présence du bureau de son envoyé spécial.
Le Burundi soutient qu’une « présence politique » de l’ONU n’est plus « pertinente »,et estime que la situation politique est à nouveau « calme et stable »
Quelles sont les raisons de ce bras de fer et quelles pourraient être les pistes possibles de solution ? Invités :  Innocent Muhozi : journaliste en exil rwanda  Aimé Magera : porte parole d' Agathon Rwasa, Inès Sonia Niyubahwe : porte parole du ministre des affaires etrangères Burundi 

Le gouvernement burundais a annoncé la fermeture formelle et la liquidation d'ici le 31 décembre 2020 du Bureau de l’envoyé spécial de l'ONU dans le pays  Mais le secrétaire général de l'organisation Antonio Guterres souhaite prolonger jusqu’au 31 décembre 2021, la présence du bureau de son envoyé spécial.Le Burundi soutient qu’une « présence politique » de l’ONU n’est plus « pertinente »,et estime que la situation politique est à nouveau « calme et stable »Quelles sont les raisons de ce bras de fer et quelles pourraient être les pistes possibles de solution ?

Invités : 

Innocent Muhozi : journaliste en exil rwanda 

Aimé Magera : porte parole d' Agathon Rwasa,

Inès Sonia Niyubahwe : porte parole du ministre des affaires etrangères Burundi 

24 novembre 2020