Prêtre homosexuelle, la fille de Desmond Tutu interdite de cérémonie en Angleterre

AFRICA RADIO

23 septembre 2022 à 15h06 par AFP

Mpho Tutu-van Furth, fille du prix Nobel de la paix Desmond Tutu qui exerce comme prêtre aux Etats-Unis, a été interdite de célébrer un enterrement en Angleterre, parce qu'elle est mariée à une femme, a-t-on appris vendredi.

Mpho Tutu-van Furth, prêtre de l'Eglise épiscopale aux Etats-Unis, devait célébrer la messe d'enterrement de son parrain jeudi dans la région de Birmingham. Mais le diocèse n'a pas autorisé cette cérémonie. "Nous reconnaissons qu'il s'agit d'une situation difficile. Des conseils ont été donnés conformément aux directives actuelles de la Chambre des évêques sur le mariage entre personnes de même sexe", a écrit le diocèse de Hereford (ouest de l'Angleterre) dans un communiqué transmis à l'AFP. L'Eglise d'Angleterre, qui compte quelque 85 millions de fidèles dans le monde, autorise depuis 2005 hommes et femmes homosexuels unis par un partenariat civil à devenir prêtre. Mais elle se déchire depuis des années sur la question de la reconnaissance des unions homosexuelles, entre branches libérales, aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni, et conservatrices, majoritaires au Kenya ou au Nigeria. "Nous sommes tous d'accord pour dire que la compréhension et la doctrine chrétiennes du mariage en tant qu'union à vie entre un homme et une femme reste inchangée", peut-on lire dans un texte de la Chambre des évêques sur le mariage entre personnes de même sexe. Interrogée par la BBC, Mpho Tutu-van Furth a jugé cet événement "vraiment grossier et blessant". L'Eglise était par ailleurs vivement critiquée sur les réseaux sociaux vendredi. En 2016, la fille de Desmond Tutu, ancien archevêque anglican et héros de la lutte contre l'apartheid décédé en décembre 2021, avait déjà été contrainte de renoncer à la prêtrise dans l'Eglise anglicane sud-africaine après avoir épousé sa compagne. Desmond Tutu s'était prononcé en faveur du mariage homosexuel. "Je n'adorerais pas un Dieu homophobe (...). Je refuserais d'aller dans un paradis homophobe. (...) Je suis aussi passionné par cette campagne que je ne l'ai jamais été par l'apartheid", avait déclaré l'archevêque lors d'une campagne de l'ONU pour les droits des homosexuels en 2013.