Qatargate: un eurodéputé belge dénonce les "aveux intéressés" d'un suspect clé

AFRICA RADIO

19 janvier 2023 à 9h21 par AFP

L'eurodéputé socialiste belge Marc Tarabella, dont la justice a demandé la levée de l'immunité dans l'affaire de corruption présumée au Parlement européen, a clamé son innocence et dénoncé les "aveux intéressés" d'un suspect clé, dans un courrier vu jeudi par l'AFP.

L'élu a été exclu mercredi par le groupe S&D (Socialists&Democrats) au Parlement européen et par le parti socialiste belge, le temps de l'enquête. Il a été mis en cause par l'ex-eurodéputé italien Pier Antonio Panzeri --l'un des quatre suspects actuellement incarcérés dans cette affaire de corruption présumée impliquant notamment le Qatar--, qui a affirmé aux enquêteurs avoir versé au Belge "entre 120.000 et 140.000 euros", selon le journal l'Echo. "Aujourd'hui, je n'ai toujours pas eu le droit de me défendre. Je clame et clamerai encore mon innocence. Je n'ai jamais reçu d'argent ou de cadeaux en échange de mes opinions politiques", affirme Marc Tarabella dans un courriel envoyé à la Commission des affaires juridiques du Parlement européen. "Je suis jugé par l'opinion publique ou par certains de mes collègues sur base d'articles de presse ou d'aveux intéressés de personnes incarcérées, aveux qui ont apparemment changé au fil du temps contrairement à ma position", dénonce-t-il encore. M. Panzeri, qui fait figure de personnage central dans l'affaire, a conclu un accord avec la justice au terme duquel il s'est engagé à donner des informations aux enquêteurs en échange d'une peine de prison ferme limitée. Un statut de "repenti" calqué sur la pratique italienne anti-mafia. Le domicile de M. Tarabella dans la région de Liège (est) avait été perquisitionné dès le 10 décembre dans le cadre de l'enquête mais aucun argent liquide n'avait été découvert. La Commission des affaires juridiques du Parlement européen doit se prononcer sur les demandes de levée d'immunité de M. Tarabella et d'un autre eurodéputé socialiste, l'Italien Andrea Cozzolino, transmises début janvier par la justice belge. Selon une source parlementaire, elle souhaitait entendre M. Tarabella mardi. Ce que ce dernier a "décliné", expliquant qu'il ne parlera pas "à la presse ou à quiconque avant d'avoir parlé aux autorités judiciaires qui seules sont à même de garantir une enquête de qualité et une procédure équitable". "Il m'apparaît en outre que la question de la levée de mon immunité n'a pas à faire débat; elle doit, bien entendu, être levée", dit-il.