RDC: 24 civils tués dans une nouvelle attaque de milice dans le nord-est (sources locales)

AFRICA RADIO

9 janvier 2023 à 20h06 par AFP

Au moins 24 personnes ont été tuées dimanche par des miliciens dans plusieurs villages d'Ituri, province du nord-est de la République démocratique du Congo (RDC) en proie à des violences communautaires, ont indiqué lundi soir des sources civiles locales.

Les miliciens Codeco (Coopérative pour le développement du Congo), qui disent défendre la communauté Lendu, sont accusés d'avoir mené ces attaques, en représailles à la mort d'un enseignant Lendu tué dimanche matin par des miliciens du groupe "Zaïre" (qui dit défendre la communauté Hema), ont expliqué certaines de ces sources. Un acteur humanitaire a annoncé dans la journée, sous couvert d'anonymat, la découverte des corps de 16 civils tués la veille "par les miliciens Codeco à Blukwa, Jisa et Largu", dans la chefferie (regroupement de villages) de Bahema Nord du territoire de Djugu. Cette source a revu en début de soirée ce bilan à la hausse à 24 morts, après la découverte de nouveaux cadavres. "Nous avons découvert d'autres corps à Jisa, à Largu et à Blukwa", ce qui fait passer le nombre de morts de 16 à 24, a confirmé à l'AFP Charité Banza, président de la société civile de cette chefferie. Le bilan pourrait encore s'alourdir. "D'autres villages demeurent inaccessibles", a-t-il ajouté. "C'est une désolation... Nous mourons comme des animaux", s'est-il alarmé. Selon lui, plusieurs maisons ont été incendiées et des biens pillés lors de ces attaques qui ont provoqué "un déplacement massif" de populations paniquées. "Nous demandons au groupe Zaïre de cesser ses provocations, aux miliciens Codeco de respecter le processus de paix de Nairobi et aux autorités de mettre des militaires dans les villages de Hema et de Lendu" pour protéger les habitants, a demandé Désiré Mbutchu, militant d'une ONG de défense des droits humaines du territoire de Djugu. Le porte-parole de l'armée congolaise en Ituri, le lieutenant Jules Ngongo, avait de son côté évoqué lundi dans la journée quatre civils tués, deux miliciens mis "hors d'état de nuire" par les forces armées de RDC (FARDC), dont un soldat a été tué et 4 blessés dans les combats. Les Codeco étaient représentés à la session de pourparlers de paix organisée fin novembre à Nairobi avec plusieurs dizaines de groupes armés opérant dans l'est de la RDC. Les Zaïre avaient quant à eux décliné l'invitation. Plusieurs attaques meurtrières suivies de représailles ont eu lieu depuis dans la province, riche en or et secouée depuis des années par des violences récurrentes.