RDC: combats dans le secteur où ont disparu trois Chinois

AFRICA RADIO

27 août 2021 à 16h22 par AFP

Des affrontements ont opposé mardi l'armée à des miliciens dans la province aurifère d'Ituri (Nord-Est de la République démocratique du Congo) où sont portés disparus depuis dimanche trois ressortissants chinois dont on est toujours sans nouvelles, a-t-on appris de sources militaires et locale.

L'armée avait annoncé lundi le déploiement de militaires pour rechercher les disparus, dans le secteur du village d'Itendeyi, dans le territoire de Djugu, au nord du chef-lieu de la province, Bunia. Le porte-parole des opérations militaires dans la région, le lieutenant Jules Ngongo, estimait alors que les trois hommes, travaillant comme de nombreux autres Chinois dans le secteur minier, avaient pu être enlevés par des miliciens Codeco, un des groupes armés actifs dans la province, qui prétend défendre la communauté des Lendus. Selon le lieutenant Ngongo, des combats ont eu lieu mardi entre ces miliciens et les Forces armées congolaises (FARDC). Des milliers de villageois des environs ont fui et se sont réfugiés dans la localité voisine de Mungwalu, a indiqué le bourgmestre de cette commune rurale, Jean-Pierre Bikilisende, estimant leur nombre à 10.000 personnes. "La situation est catastrophique, on cherche des écoles pour les héberger", a-t-il dit. Selon la même source militaire, les miliciens ont pillé et incendié l'hôpital général d'Itendeyi, commune dont l'armée avait le contrôle en fin de journée grâce notamment à l'intervention d'hélicoptères. Un responsable d'une localité voisine, Bakonde, a affirmé de son côté que le centre de santé y avait été vandalisé par les mêmes miliciens. D'autres combats ont été signalés de source militaire dans un autre secteur de la province, au sud cette fois de Bunia, à Ofaye et sur la route nationale 4. Selon l'armée, ils opposent les FARDC au groupe armé d'origine ougandaise ADF (Forces démocratiques alliées). Selon un bilan provisoire, trois civils - deux chauffeurs routiers et un convoyeur - ont été tués par les rebelles. L'Ituri et la province voisine du Nord-Kivu sont placées depuis le 6 mai en état de siège, mesure exceptionnelle censée mettre un terme aux activités des groupes armés qui terrorisent les civils.