RDC: les rebelles du M23 rouvrent la frontière avec l'Ouganda à Bunagana (est)

AFRICA RADIO

20 juin 2022 à 13h37 par AFP

Les rebelles du M23 ont annoncé lundi la réouverture d'un poste frontalier entre la République démocratique du Congo et l'Ouganda dont ils s'étaient emparés le 13 juin, à Bunagana, pendant que des combats se poursuivent plus à l'ouest, a-t-on appris de sources locales.

"Aujourd'hui nous avons procédé à l'ouverture de la frontière au poste frontalier de Bunagana", a déclaré Willy Ngoma, porte-parole du M23, dans une vidéo transmise à la presse, se tenant debout devant le bâtiment des services d'immigration du côté congolais de la frontière. "Comme vous voyez, la population commence à revenir... Ils doivent rentrer, afin que les enfants aillent à l'école", ajoutait-il. "Oui le M23 vient d'ouvrir la frontière (...) mais certaines des personnes qui traversent viennent pour prendre quelques affaires puis retourner en Ouganda", a indiqué Damien Sebusanane, responsable de la société civile locale. Depuis fin mars, quand des combats violents avaient opposé le M23 ("Mouvement du 23 mars") à l'armée congolaise dans le territoire de Rutshuru, des milliers d'habitants s'étaient enfuis en Ouganda. Certains sont rentrés mais d'autres affrontements ont provoqué d'autres vagues de réfugiés. Bunagana est un important centre de commerce et de transit de marchandises, où sont encaissés des milliers de dollars par semaine en taxes et droits de douane. La réouverture de la frontière à Bunagana ne signifie pas pour autant que les véhicules peuvent circuler par la route jusqu'à Goma, chef-lieu du Nord-Kivu. La ligne de front est en effet à proximité, avec les Forces armées de RDC (FARDC) positionnées notamment au pont Rwanguba, à environ 25 km de la frontière. Des combats sont également signalés depuis dimanche soir plus à l'intérieur du territoire, vers Bikenke, à une quinzaine de km du camp militaire de Rumangabo. "Nous avons été attaqués par le M23. Hier, nous avons perdu 4 militaires et un autre a été blessé", a indiqué une source militaire sous couvert d'anonymat. "Nous sommes sur le front ici avec la Monusco" (la Force de l'ONU en RDC), a-t-il ajouté. "Il y a des affrontements chaque jour entre l'armée et le M23. Aujourd'hui c'est à Shangi, Kinihira et Bikenke. Ces villages sont déserts car la population a déjà fui", a confirmé le chef du groupement de Bweza, Gédéon Serugari. Rébellion à dominante tutsi vaincue en 2013 dans l'est de la RDC, le M23 a repris les armes en fin d'année dernière. Kinshasa accuse le Rwanda de soutenir ce mouvement, ce que Kigali nie.