Rwanda: l'opposant accusé de viols en grève de la faim (avocat)

14 septembre 2021 à 16h06 par AFP

AFRICA RADIO

Un célèbre professeur d'université et opposant au gouvernement rwandais, a entamé la semaine dernière une grève de la faim pour protester contre son arrestation après des accusations de viols, a déclaré mardi à l'AFP son avocat.

Christopher Kayumba, selon la police, a été arrêté jeudi à la suite d'accusations de plusieurs femmes, dont une ancienne élève de l'école de journalisme et de communication de l'Université du Rwanda, à Kigali, où il a enseigné. "Il a commencé une grève de la faim après son arrestation et a pris la décision de continuer la grève de la faim jusqu'à ce que les accusations politiques (portées contre lui) soient retirées", a déclaré son avocat, Seif Ntirenganya. M. Ntirenganya a indiqué que son client a été transporté à l'hôpital sans son consentement lundi pour des examens médicaux auxquels il a refusé de se soumettre car il craignait que des échantillons ne soient utilisés contre lui. "Il avait l'air faible et fragile hier (lundi) mais il a juré de combattre ces accusations", a-t-il affirmé. "Il est curieux que ces allégations soient intervenues juste après qu'il a rendu publiques ses ambitions politiques", a-t-il ajouté. Opposant au régime du président Paul Kagame, Christopher Kayumba, 47 ans, a lancé un parti politique en mars. Peu de temps après, des premières accusations de viol avaient fait surface sur les réseaux sociaux, qu'il avait niées. M. Kayumba, qui a également créé un journal en ligne, "The Chronicles", avait déjà été arrêté en décembre 2019 et condamné à un an de prison pour "trouble à l'ordre public", après avoir accusé la sécurité de l'aéroport de Kigali de l'avoir empêché de se rendre à Nairobi. Les autorités avaient alors déclaré qu'il s'était présenté à l'aéroport en retard et en état d'ébriété, et qu'il avait menacé de "faire fermer l'aéroport". En juin, un autre professeur d'université, Aimable Karasira, qui s'était fait connaître sur sa chaîne Youtube où il critiquait le président Kagame, a été arrêté et inculpé de négationnisme et est toujours en détention. Survivant du génocide de 1994 qui a fait 800.000 morts essentiellement tutsi, il accuse le Front patriotique rwandais (FPR) de Kagame d'avoir tué ses parents.