Séparatiste nigérian arrêté au Bénin: "aucune demande d'extradition" selon son avocat

Par AFP

AFRICA RADIO

L'activiste nigérian Sunday Igboho, incarcéré au Bénin après avoir fui son pays où il était activement recherché, ne fait pas l'objet d'une demande d'extradition du Nigeria, a indiqué vendredi soir à l'AFP son avocat au Bénin.

"Ce que l'on craignait au départ, c'est que le Nigeria demande l'extradition, mais dans le dossier on n'a aucune demande d'extradition", a déclaré Me Ibrahim David Salami. Début juillet, les forces de sécurité nigérianes avaient fait une descente dans la maison de Sunday Igboho, qui milite pour la création d'une nation Yoruba dans le sud-ouest du Nigeria, où ils avaient retrouvé des armes de guerre, ainsi que procédé à l'interpellation de 12 hommes et une femme, selon les autorités. Le militant séparatiste avait réussi à s'enfuir et était activement recherché par Abuja, qui lui reproche de vouloir déclencher "une violente insurrection contre l'Etat". Quelques jours plus tard, il avait été interpellé à l'aéroport international de Cotonou, au Bénin voisin, d'où il tentait de partir pour l'Allemagne. Il est incarcéré depuis à Cotonou et est poursuivi pour "association de malfaiteurs". Contactées par l'AFP au sujet d'une éventuelle demande d'extradition, les autorités nigérianes n'avaient pas encore réagi samedi midi. "Le fait qu'il soit poursuivi pour une infraction qui aurait été commise sur le territoire béninois est un frein à une demande d'extradition parce qu'il faut d'abord que l'affaire soit élucidé", a précisé à l'AFP l'avocat du séparatiste. "Il a une meilleure sécurité au Bénin. Il n'est pas du tout en sécurité au Nigeria. C'est le livrer à la mort que le renvoyer au Nigeria", accuse son avocat. Selon lui, son client est blessé et à besoin d'être soigné à l'étranger. "S'il a fui le Nigeria c'est parce qu'il a été agressé à son domicile, ils ont tiré dans tous les sens, (...) il n'a eu la vie sauve qu'en sautant du deuxième étage, ce qui fait qu'il s'est blessé à la cage thoracique", a-t-il précisé. Sunday Igboho réclame l'indépendance du sud-ouest du Nigeria pour le peuple Yoruba à la suite de violences attribuées à des éleveurs peuls dans sa région. Pour 210 millions d'habitants, le Nigeria compte plus de 250 groupes ethniques - dont les trois principaux sont les Haoussa-Fulani dans le nord, les Igbo dans le sud-est et les Yoruba dans les sud-ouest - et est régulièrement secoué par des tensions communautaires.