Somalie: attentat visant un responsable régional, deux morts

AFRICA RADIO

21 février 2022 à 16h36 par AFP

Un attentat à la bombe visant le convoi d'un responsable régional a fait deux morts et trois blessés lundi dans le nord-est de la Somalie, ont indiqué la police et des témoins.

Le président de l'Etat semi-autonome du Puntland, Said Abdullahi Deni, se rendait dans la capitale commerciale régionale Bossasso lorsqu'un puissant engin explosif placé sur la route s'est déclenché au passage d'un véhicule du convoi militaire qui l'escortait. M. Deni n'a pas été blessé dans l'attaque, revendiquée par les jihadistes shebab, selon la police. "Le président est indemne et va bien, son convoi a poursuivi sa route après l'explosion", a déclaré à l'AFP un policier, Abdihakin Ali. Cette attaque est la dernière d'une série en cours dans ce pays instable en pleines élections parlementaires, qu'il prévoit d'achever d'ici quatre jours, le 25 février, avec plus d'un an de retard, sous la menace des shebab. Samedi, au moins quatorze personnes ont été tuées, parmi lesquelles des responsables politiques locaux, dans un attentat suicide revendiqué par les rebelles islamistes dans un restaurant de Beledweyne (centre). Le même jour, une autre personne a été tuée et six blessées par l'explosion d'une bombe dans une maison de thé de Bossage. Les observateurs en Somalie craignent que les désaccords politiques de longue date qui ont provoqué le report des élections n'aient détourné le gouvernement de son combat contre les shebab. Le groupe islamiste s'est engagé à "attaquer les élections, et c'est ce qu'il fait" pour tenter de discréditer le fragile gouvernement, estime Omar Mahmood, analyste à l'International Crisis Group. "Pour eux, le gouvernement comme les élections sont illégitimes", a-t-il souligné auprès de l'AFP. Les shebab, liés à Al-Qaïda, ont été chassés de Mogadiscio en 2011 à la suite d'une offensive menée par une force de l'Union africaine (UA). Ils contrôlent toutefois toujours de larges territoires dans les campagnes, d'où ils lancent des attaques régulières, notamment dans la capitale somalienne.