Somalie: Farmajo-Roble, le vétéran et le technocrate

16 septembre 2021 à 15h21 par AFP

AFRICA RADIO

Le conflit qui secoue le sommet de l'Etat somalien oppose deux personnages aux profils différents: le président Farmajo, homme politique expérimenté dont les quatre années au pouvoir n'ont pas répondu aux attentes, et le Premier ministre Mohamed Roble, technocrate novice en politique.

Mogadiscio (AFP)

Après près de deux semaines de tensions, le président a annoncé jeudi "retirer les pouvoirs exécutifs" de son Premier ministre.

- Farmajo: un vétéran qui a déçu -

Lors de son élection en février 2017, Mohamed Abdullahi Mohamed, dit Farmajo, qui a passé une partie de sa vie aux Etats-Unis où il a notamment travaillé à l'ambassade somalienne, incarnait l'espoir. 

Malgré un processus électoral entaché de nombreuses accusations de corruption et manipulations de vote, l'élection de ce fils d'activistes du clan Darod avait été fêtée par de nombreux Somaliens avides de changement après une série de présidents du clan Hawiye.

L'administration de son prédécesseur, Hassan Sheikh Mohamud, était considérée comme l'une des plus corrompues de l'histoire du pays.

De son bref passage au poste de Premier ministre - huit mois en 2010 et 2011 - la population se souvenait d'un homme ayant créé une commission anticorruption, introduit des salaires mensuels pour les soldats, visité régulièrement des camps de déplacés et interdit tout voyage non essentiel à l'étranger pour les membres du gouvernement.

"C'est le début de l'unité pour la nation somalienne, le début de la lutte contre les (jihadistes) shebab et contre la corruption", avait-il lancé, triomphant, depuis le hangar de l'aéroport de Mogadiscio - un des endroits les mieux protégés de la la capitale - où l'élection était organisée.

Ce père de quatre enfants, qui s'était déjà présenté en 2012, a hérité d'un pays en lambeaux, miné par des décennies de guerre civile après 1991 et dont des régions entières étaient contrôlées par les shebab. 

S'il a adopté une forte posture nationaliste durant son mandat, jusqu'à rompre les relations diplomatiques avec le voisin kényan et s'attirer ainsi la sympathie d'une partie de la population, Farmajo -aujourd'hui âgé de 59 ans- s'est aussi fait beaucoup d'ennemis.

Partisan d'un Etat centralisé fort, il a tenté d'influer sur plusieurs élections dans les Etats semi-autonomes du pays pour y placer ses alliés.

Par ailleurs, les shebab n'ont pas été particulièrement inquiétés, malgré les déclarations martiales faites à son arrivée au pouvoir.Le gouvernement de Mogadiscio ne contrôle toujours qu'une faible portion du territoire, avec l'aide cruciale des 20.000 hommes de la force de l'Union africaine dans le pays (Amisom).

Il n'est pas parvenu à organiser des élections avant la fin de son mandat, plongeant le pays dans la pire crise politique de ces dernières années.

La prolongation de son mandat votée mi-avril par le Parlement a été perçue par beaucoup comme un passage en force pour se maintenir au pouvoir, débouchant sur des affrontements armés que Mogadiscio n'avaient plus connus depuis la guerre civile.

Dans un geste d'apaisement, Farmajo a chargé son Premier ministre Mohamed Roble d'organiser des élections dans les plus brefs délais.

- Roble: un technocrate novice en politique -

La nomination en septembre 2020 de Mohamed Hussein Roble a fait l'unanimité au Parlement, malgré son statut de novice en politique.

Bien qu'il n'ait pas l'éloquence de son prédécesseur Hassan Ali Khaire, cet ingénieur civil formé en Suède, est réputé pour son franc-parler et sa connaissance de la complexité de la Somalie.

Ce technocrate de 57 ans, qui a travaillé au bureau de l'Organisation internationale du Travail (OIT) à Nairobi, est d'abord resté dans l'ombre de Farmajo.

Les négociations pour l'organisation des élections - tâche que lui a confiée le président le 1er mai pour sortir le pays de la crise - l'ont placé au centre du jeu politique."Je n'ai aucun intérêt personnel dans cette élection et je n'ai personne avec qui être allié", avait-il affirmé en juin.

Il est parvenu à un accord sur un calendrier électoral, ce que Farmajo n'avait pas réussi, lui offrant un certain crédit. 

Les deux hommes se sont ensuite opposés sur de nombreux sujets.En août, il s'est notamment ainsi rendu au Kenya, amorçant un réchauffement des relations diplomatiques entre les deux pays, malgré l'interdiction édictée par le président de conclure des accords avec des entités étrangères avant les élections. 

Mais certains disent que son manque d'expérience et sa tendance à prendre des décisions hâtives pourraient le rendre vulnérable face à des acteurs politiques plus puissants.