Somalie: la disparition d'une agent des renseignements secoue les sommets de l'Etat

7 septembre 2021 à 15h51 par AFP

AFRICA RADIO

La disparition fin juin d'Ikran Tahlil était passée inaperçue, mais le sort de cette agente des services de renseignements est aujourd'hui au coeur d'une nouvelle crise entre le président et le Premier ministre somaliens, qui menace le fragile équilibre politique et sécuritaire du pays.

Nairobi (AFP)

Employée de 25 ans au service de cybersécurité de l'Agence nationale de renseignements et de sécurité (Nisa), Ikran Tahlil a été enlevée dans la capitale Mogadiscio le 26 juin.Depuis, sa famille n'a eu de cesse de demander des explications.

Après des semaines de silence, la Nisa a affirmé vendredi que, selon ses investigations, les ravisseurs d'Ikran Tahlil l'avaient remise aux jihadistes shebab qui l'ont exécutée.Ces derniers ont démenti toute implication.La famille de la jeune femme accuse la Nisa de l'avoir éliminée.

La raison de son enlèvement est source de spéculations.

Les affirmations de la Nisa ont déclenché une tempête sur les réseaux sociaux et l'affaire est devenue politique samedi, lorsque le Premier ministre Mohamed Roble a estimé que le rapport d'enquête de la Nisa n'était "pas convaincant et manqu(ait) de preuves".

Il a sommé le directeur de l'agence, Fahad Yasin, "de fournir un rapport complet dans les 48 heures".

Ce dernier, un intime du président Mohamed Abdullahi Mohamed dit "Farmajo" dont il a été le chef de cabinet avant d'être nommé à la Nisa, a alors publiquement demandé à s'expliquer devant le Comité de sécurité nationale, où siège notamment le chef de l'Etat.

Face à "cette défiance", le Premier ministre a annoncé la "suspension" de M. Yasin et nommé un chef par intérim.

Mais le cabinet du président a ensuite publié un communiqué annulant cette décision "illégale et inconstitutionnelle", indiquant que le rapport de Fahad Yasin était attendu devant le Comité de sécurité nationale.

- Escalade -

Cette bataille de communiqués marque un nouvel épisode de l'escalade des derniers mois entre Farmajo et son Premier ministre, nommé en septembre 2020.

Leur dernière passe d'armes datait d'août, quand Mohamed Roble s'est rendu au Kenya voisin, en signe de dégel des relations diplomatiques entre les deux pays, malgré l'opposition du président.

"Il y a maintenant une rivalité ouverte entre Roble et Farmajo", estime Omar Mahmood, analyste au centre de réflexion International Crisis Group (ICG).

Jusqu'alors discret, M. Roble occupe le centre de la scène politique somalienne depuis que le chef de l'Etat l'a chargé en mai d'organiser les élections, après des semaines de tensions qui ont culminé en affrontements armés à Mogadiscio.

Président depuis 2017, Farmajo a vu son mandat expirer le 8 février sans avoir pu s'entendre avec les dirigeants régionaux sur l'organisation d'élections, déclenchant une grave crise constitutionnelle.

Mi-avril, la prolongation pour deux ans de son mandat a provoqué des affrontements à Mogadiscio, ravivant le souvenir des décennies de guerre civile qui ont ravagé le pays après 1991.

Mohamed Roble est parvenu fin juin à un accord sur un calendrier électoral, avec pour horizon une élection du président le 10 octobre.

Selon le complexe système électoral somalien, les assemblées des cinq Etats du pays et des délégués investis par une myriade de clans et de sous-clans choisissent les législateurs qui à leur tour désignent le président.

- Elections retardées -

Ce processus a déjà pris du retard.La désignation des membres de la Chambre basse, dernière étape avant l'élection du chef de l'Etat, doit désormais se tenir entre le 1er octobre et le 25 novembre.

"Ce conflit (entre Farmajo et Roble), s'il n'est pas résolu à l'amiable, compliquera tous les autres efforts politiques en cours, y compris le processus électoral, qui sera retardé voire complètement arrêté", redoute Abdikani Omar, ancien haut fonctionnaire.

Contrairement à Farmajo, Mohamed Roble n'a pas nécessairement d'ambition présidentielle, estime Omar Mahmood, pour qui le Premier ministre a d'abord réagi à la "pression" et au "tollé général" suscités par la disparition d'Ikran Tahlil.

Les affrontements d'avril ont rappelé les fragiles équilibres claniques et militaires sur lesquels repose le pouvoir fédéral.

"Si les deux parties s'entêtent, alors la possibilité que cette crise politique se transforme en crise sécuritaire est réelle", prévient Omar Mahmood.

La situation est d'autant plus préoccupante qu'elle fragilise la Nisa, rouage essentiel de la lutte contre l'insurrection jihadiste shebab. 

Bien qu'évincés de Mogadiscio en 2011, les shebab contrôlent toujours de vastes zones rurales du pays et mènent régulièrement des attentats dans la capitale.