Somalie: un bastion stratégique des shebab repris par les forces gouvernementales

AFRICA RADIO

6 décembre 2022 à 15h06 par AFP

Les forces gouvernementales alliées à des milices locales ont repris Adan Yabal, localité stratégique tenue depuis fin 2016 par les islamistes radicaux shebab dans le centre de la Somalie, a annoncé mardi le président Hassan Cheikh Mohamoud.

L'armée somalienne et des milices claniques connues sous le nom de "macawisley" ont repris ces derniers mois de vastes territoires dans deux Etats du centre du pays, le Galmudug et l'Hirshabelle, dans le cadre d'une offensive menée avec l'appui de la force de l'Union africaine en Somalie (Atmis) et de frappes aériennes américaines. Elles sont entrées à Adan Yabal, ville de l'Etat d'Hirshabelle située à environ 220 kilomètres au nord-est de la capitale Mogadiscio, après que les shebab s'en sont retirés. "Les forces gouvernementales somaliennes sont à Adan Yabal ce matin (...). Ils (les shebab) ne se sont même pas battus, ils en sont partis", a déclaré Hassan Cheikh Mohamoud lors d'une allocution télévisée. "Ils ont retiré les pompes électroniques des puits de la ville et ont forcé les habitants à fuir avec eux pour leur servir de bouclier humain", a-t-il ajouté. Selon des sources militaires, les shebab ont quitté les lieux dans la soirée de lundi. "Les milices terroristes ont fui (...) après avoir appris que l'armée nationale somalienne se rapprochait, nous avons pris la ville sans aucune résistance. L'armée est aux commandes", a déclaré à l'AFP le colonel Mohamed Ali, un des commandants de l'opération militaire. Ce bastion des shebab leur servait de "terrain d'entraînement", a affirmé l'Atmis dans un communiqué, saluant la prise de la ville qu'elle a soutenue avec ses hélicoptères. Adan Yabal était également un noeud logistique pour le groupe affilié à Al-Qaïda, qui combat depuis quinze ans le gouvernement fédéral soutenu par la communauté internationale. Chassé des principales villes en 2011-2012, il reste solidement implanté dans de vastes zones rurales du centre et du sud du pays. Les shebab continuent de mener de sanglants attentats dans la capitale Mogadiscio. Hassan Cheikh Mohamoud, qui a déclaré une "guerre totale" contre les shebab après son élection en mai dernier, a salué la progression des troupes gouvernementales. "Dans les États d'Hirshabelle et de Galmudug, l'effort de libération est dans sa phase finale, il reste des poches mais globalement, ces deux États se rapprochent d'une libération complète", a-t-il affirmé. En avril 2016, la force de l'Union africaine (alors baptisée Amisom) avait repris Adan Yabal aux shebab, avant que ces derniers la reprennent après un retrait de troupes éthiopiennes participant à l'Amisom en octobre 2016.