Soudan: Burhane limoge les civils, les anti-putsch restent dans la rue

AFRICA RADIO

6 juillet 2022 à 12h36 par AFP

Le général putschiste Abdel Fattah al-Burhane a limogé mercredi les membres civils du pouvoir soudanais, au septième jour d'une nouvelle vague de mobilisation dans la rue des pro-démocracie, qui entendent durcir leur bras de fer avec une armée quasiment toujours au pouvoir depuis l'indépendance.

Khartoum (AFP)

Mardi, le principal bloc civil avait rejeté la proposition du leader de facto du Soudan de laisser la place à un gouvernement civil en remplaçant le Conseil souverain, actuellement la plus haute autorité du pays, par un Conseil suprême des forces armées. 

Si les civils ne veulent pas former de gouvernement tant que le général Burhane ne s'est pas retiré, ce dernier semble mettre en place les premières étapes du plan qu'il a proposé à la surprise générale lundi soir. 

Il a commencé par limoger mercredi, dans un communiqué officiel, les cinq membres civils du Conseil souverain qu'il préside.Certains d'entre eux avaient affirmé la veille à la presse locale n'avoir reçu aucune notification officielle, découvrant, surpris, ne plus avoir leurs véhicules de fonction. 

- "Une trahison" - 

Le général Burhane avait choisi ces cinq personnalités apolitiques et peu connues du public peu après son coup d'Etat.Elles passaient pour ne jouer qu'un rôle mineur au sein du Conseil souverain.

Lors de son putsch le 25 octobre 2021, il avait confisqué le pouvoir aux civils, en limogeant l'ensemble des civils du gouvernement et du Conseil souverain, mettant fin à la transition initiée après la chute du dictateur Omar el-Béchir en 2019. 

Depuis son coup d'Etat, 114 manifestants ont été tués et des milliers blessés dans la répression des rassemblements pro-démocratie, selon des médecins. 

Aujourd'hui, les Forces pour la liberté et le changement (FLC), colonne vertébrale du gouvernement civil limogé lors du putsch, appellent à "maintenir la pression populaire", dénonçant la proposition de Burhane comme une "trahison" et une "tactique" pour maintenir la mainmise de l'armée sur la politique et l'économie. 

Malgré la mort il y a une semaine de neuf personnes dans des défilés anti-putsch, les manifestants restent mobilisés pour la septième journée d'affilée, maintenant barricades et campements dans Khartoum et ses banlieues. 

Ils ont même déclaré mardi un nouveau sit-in illimité à Wad Madani, à 200km au sud de Khartoum.Et mercredi après-midi, ils appellent à un "défilé des femmes" à Khartoum alors que ces dernières ont joué un rôle majeur en 2019. 

Lors de la "révolution" qui a renversé le général Béchir, les manifestants avaient maintenu leurs sit-in huit mois.Ils avaient alors obtenu que l'armée partage le pouvoir avec les civils pour mener le pays vers ses premières élections démocratiques.

"Nous ne partirons pas d'ici avant d'obtenir un gouvernement civil", déclarait mardi un des manifestants depuis Wad Madani à l'AFP, Mahmoud Mirghani.

- "Loup déguisé en mouton" -

"On a lancé ce sit-in en réponse au discours de Burhane le putschiste, on veut la liberté, la paix, la justice et un gouvernement civil", renchérissait une autre manifestante, Safa Abderrahim.

L'ONU a dit mardi espérer que l'annonce du général Burhane "crée une opportunité pour obtenir un accord".

Les Etats-Unis ont pour leur part jugé qu'il était "trop tôt" pour en évaluer l'impact, appelant toutes les parties à chercher un accord vers "un gouvernement dirigé par des civils" avec des "élections libres". 

Mais pour Yasser Arman, cadre des FLC, "le discours de Burhane s'adresse surtout à la communauté internationale dont certains membres veulent des solutions rapides (...) privilégiant la stabilité à la démocratie". 

Pour ce dirigeant civil, Burhane veut "choisir un Premier ministre qui sera un loup déguisé en mouton et prendra ses ordres auprès du Conseil suprême des forces armées, ainsi l'armée gardera les pouvoirs souverains et exécutifs sous prétexte d'une solution politique". 

Pour la rue aussi, le nerf de la guerre se trouve dans les caisses vides de l'Etat, alors que le pays est privé de  son aide internationale depuis le putsch et pris entre dévaluation exponentielle et inflation à plus de 200%.

"Tout le peuple soudanais a vu l'économie s'écrouler depuis le coup d'Etat", lançait mardi un manifestant à Khartoum alors qu'aujourd'hui encore 80% des ressources échappent au contrôle du ministère des Finances. 

On ignore quelle est la part des militaires dans l'économie, mais ils tiennent de nombreuses entreprises allant de l'élevage de volailles au BTP.

"Burhane doit remettre à la justice tous ceux qui ont tué (des manifestants) et il est le premier d'entre eux", affirmait mardi un manifestant à Khartoum sous couvert d'anonymat.